Allez au contenu, Allez à la navigation

Groupe de travail du Sénat sur la désertification médicale

14e législature

Question écrite n° 03576 de M. Gérard Cornu (Eure-et-Loir - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 13/12/2012 - page 2875

M. Gérard Cornu attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les travaux du groupe de travail sur la désertification médicale dont le Sénat a pris l'initiative.
Ce groupe, présidé par un sénateur de la majorité, a auditionné la très grande majorité des représentants des professions concernées et des organismes publics et privés intéressés et un rapport doit conclure ses travaux, début 2013.
Ce rapport est envisagé comme devant alimenter la réflexion de la ministre sur ce sujet très sensible chez les sénateurs, tout particulièrement les élus des départements ruraux. La région Centre et le département d'Eure-et-Loir sont, hélas, très touchés.
Il apparaît pourtant que, sans attendre ses conclusions, elle ait déjà préparé un plan prêt à être annoncé le 13 décembre.
Dans ces conditions il lui serait agréable de se voir expliquer les suites qu'elle envisage de donner aux travaux menés au Sénat.



Réponse du Ministère des affaires sociales et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 27/12/2012 - page 3061

La ministre des affaires sociales et de la santé a lancé le 13 décembre 2012 une mobilisation nationale sur le sujet de la désertification médicale. Elle a ainsi proposé plusieurs mesures dans le cadre d'une concertation nationale autour de trois axes : - changer la formation et faciliter l'installation des jeunes médecins, notamment en permettant à tous les étudiants de faire un stage en cabinet avant l'internat, en les formant davantage à l'exercice concret en cabinet. La création d'une garantie de revenu permettra aussi à 20 praticiens territoriaux de médecine générale de s'implanter dans les territoires dès 2013, et un « référent-installation » sera désigné dans chaque région pour accompagner les jeunes médecins dans toutes les étapes de leur installation. - transformer les conditions d'exercice des professionnels de santé par la généralisation du travail en équipe, le développement de la télémédecine, l'accélération du transfert de compétence et l'allègement de la charge administrative des médecins. - promouvoir des investissements spécifiques pour les territoires isolés. L'accès aux soins urgents en moins de 30 minutes sera assuré d'ici 2015. Des réponses sur mesure seront mises en œuvre pour la question des hôpitaux de proximité. Enfin, si l'offre libérale est totalement absente d'un territoire, il ne peut être exclu de recourir à des centres de santé, dont le modèle économique doit être révisé.