Allez au contenu, Allez à la navigation

Économies dans l'hôpital public

14e législature

Question écrite n° 11483 de M. Gérard Cornu (Eure-et-Loir - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 01/05/2014 - page 1001

M. Gérard Cornu attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les propositions d'économies annoncées en avril 2014 par la fédération hospitalière de France (FHF), dans un contexte où tous les ministères doivent contribuer à l'effort national de redressement des finances publiques.

Il est intéressant de constater en effet que la FHF reconnaît désormais l'urgence à réduire la place de l'hôpital public, lequel doit donc faire quelques économies. Elle admet également aujourd'hui que les cliniques privées seraient utilement mises à contribution en exerçant quelques missions de service public. Les médecins libéraux pourraient aussi assurer des permanences de nuit pour réduire le coût des urgences. Des économies pourraient encore être réalisées par un encadrement administratif simplifié et autonomisé.

Après avoir lutté contre ces mesures de bon sens que prévoyait déjà la loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires dite HPST, après avoir supprimé la convergence tarifaire entre public et privé en 2012, la gauche socialiste et le Gouvernement semblent enfin, et l'hôpital public avec eux, prendre la mesure concrète du déficit de l'hôpital public.

S'il se réjouit bien sûr d'une telle prise de conscience, il souhaiterait savoir avec un peu plus de précisions quel type d'économies est envisagé pour imaginer atteindre les 5 milliards d'euros d'économies annoncés sur cinq ans.

Transmise au Ministère des affaires sociales et de la santé



La question est caduque