Allez au contenu, Allez à la navigation

Grossissement du pictogramme de prévention de l'alcoolisme des femmes enceintes

14e législature

Question écrite n° 24531 de M. Henri Cabanel (Hérault - Socialiste et républicain)

publiée dans le JO Sénat du 29/12/2016 - page 5566

M. Henri Cabanel attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur le projet de grossissement du pictogramme préconisant, sur les unités de conditionnement des boissons alcoolisées, l'absence de consommation d'alcool par les femmes enceintes.
Imposée unilatéralement, avec une mise en œuvre prévue début 2017, cette modification interviendrait sans concertation avec la filière viticole, sans évaluation de l'impact effectif de cette mesure sur la lutte contre le syndrome d'alcoolisation fœtale.
Chaque année, 700 à 1 000 enfants sur l'ensemble des naissances sont atteints du syndrome d'alcoolisation fœtale, avec des conséquences parfois irréversibles sur leur santé (retard de croissance, malformations physiques, troubles mentaux).
Si le syndrome d'alcoolisation fœtale est un problème de santé publique réel contre lequel il faut lutter par une nécessaire information, le conditionnement des produits n'est pas le vecteur adapté pour diffuser des messages sanitaires.
L'étiquette n'a pas vocation à apporter des indications médicales détaillées. Il faut plutôt privilégier la prévention des comportements à risque en s'appuyant sur les compétences du personnel médical, qui a pour mission de sensibiliser, d'expliquer et de prendre en charge les femmes dans le cadre de leur grossesse. Cette pédagogie est d'ailleurs assumée de façon très experte par la profession médicale en ce qui concerne l'alcool, la drogue et le tabac.
Il lui demande ainsi d'engager une concertation sur le sujet afin de dégager des solutions plus réalistes et plus conformes aux objectifs de santé publique qui doivent être atteints.



Réponse du Ministère des affaires sociales et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 02/03/2017 - page 829

En France, la consommation d'alcool pendant la grossesse est considérée comme la première cause non génétique de handicap mental chez l'enfant. On estime que 700 à 1 000 enfants sur l'ensemble des naissances annuelles seraient concernées par le syndrome d'alcoolisation fœtale (SAF). Ce chiffre est d'ailleurs peut-être sous-estimé. Selon l'enquête nationale périnatale (ENP), en 2010, 17 % des femmes enquêtées déclarent avoir consommé des boissons alcoolisées une fois par mois ou moins pendant la grossesse, et un peu plus de 2 % deux fois par mois ou plus. Depuis le 2 octobre 2007, toutes les unités de conditionnement des boissons alcoolisées portent : soit le texte suivant : « La consommation de boissons alcoolisées pendant la grossesse, même en faible quantité, peut avoir des conséquences graves sur la santé de l'enfant » ; soit un pictogramme. Mais la lisibilité du pictogramme est insuffisante pour des raisons de taille, de couleur et de contraste. D'après une enquête conduite par la direction générale de la santé (DGS) en 2012, un quart des buveuses déclarent ne pas l'avoir remarqué. En 2015, l'institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) a commandité une enquête sur le pictogramme, auprès d'un échantillon national représentatif de la population française âgée de 15 ans de plus de 1005 personnes. Huit ans après sa mise en place, l'étiquetage d'informations sanitaires sur les bouteilles d'alcool bénéficiait toujours d'une forte approbation et d'un sentiment positif d'impact sur les comportements des femmes enceintes ; mais cette mesure voyait en revanche sa notoriété baisser : 54 % des personnes interrogées étaient au courant de son existence contre 62 % en 2007. C'est pourquoi le comité interministériel du handicap du 2 décembre 2016 a décidé d'une mesure visant à améliorer la lisibilité et la visibilité du pictogramme afin qu'il ne soit pas noyé dans le packaging des unités de conditionnement. Les travaux s'engageront dans les prochaines semaines, sous l'égide du ministère chargé de la santé, pour l'élaboration d'une nouvelle charte graphique en lien avec tous les ministères concernés. Pour tenir compte des contraintes des opérateurs, des concertations auront naturellement lieu avec les professionnels concernés. Par ailleurs, d'autres mesures de prévention sont déjà mises en œuvre, notamment pour informer les femmes ou les professionnels qui les prennent en charge. La DGS diffuse, depuis 2011, le guide « Alcool et grossesse, parlons-en » à destination des professionnels de santé afin de les aider à mieux prévenir l'ensemble des troubles causés par l'alcoolisation fœtale. L'agence santé publique France a lancé le 9 septembre 2016, à l'occasion de la journée internationale de sensibilisation au syndrome d'alcoolisation fœtale, une vaste campagne de prévention de l'alcoolisation fœtale à la fois auprès des professionnels de santé et du grand public : http://www.santepubliquefrance.fr/Accueil-Presse/Tous-les-communiques/Syndrome-d-alcoolisation-foetale-pour-eviter-tout-risque-zero-alcool-pendant-la-grossesse.