Allez au contenu, Allez à la navigation

Nécessité d'un plan d'urgence pour la ligne B du RER

15e législature

Question écrite n° 07330 de M. Fabien Gay (Seine-Saint-Denis - CRCE)

publiée dans le JO Sénat du 18/10/2018 - page 5267

M. Fabien Gay attire l'attention de Mme la ministre, auprès du ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports sur l'état de la ligne B du RER.
Chaque semaine, les usagers du RER B font face à des difficultés sur leur ligne de transport, et donc à des retards répétés, que ce soit pour se rendre au travail, rentrer chez eux ou chercher leurs enfants à l'école. Ces retards eux-mêmes engendrent nécessairement du stress, des difficultés d'organisation, voire des difficultés professionnelles.
Depuis septembre 2018, le RER B a connu des pannes à répétitions, entraînant retards et malaises parmi les voyageurs, qui eux-mêmes accentuent les retards.
Parallèlement, à l'heure où le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) rend un rapport qui impose des réactions fortes pour limiter le réchauffement climatique, les transports en commun du quotidien sont désinvestis, particulièrement en Seine-Saint-Denis.
Il existe pourtant des solutions pour améliorer le fonctionnement de la ligne B du RER dès à présent.
Les Séquano-Dionysiens ont droit, au nom de l'égalité républicaine, bénéficier des mêmes services que les autres territoires, ce qui n'est très manifestement pas le cas aujourd'hui. Pourtant, leur abonnement de transports coûte le même prix que celui des autres habitants d'Île-de-France.
Il souhaite donc savoir quand sera mis en place un plan d'urgence pour les 900 000 usagers quotidiens du RER B.



Réponse du Ministère auprès du ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargé des transports

publiée dans le JO Sénat du 13/06/2019 - page 3106

Le RER B transporte 860 000 passagers par jour de semaine. C'est la seconde ligne la plus empruntée après le RER A et l'une des plus fréquentées d'Europe. À ce titre, elle a bénéficié d'investissements conséquents ces dix dernières années au travers du schéma directeur (RER B « Nord + » et « Sud + ») financé par le contrat de plan État-région (CPER) Île-de-France. Ces efforts ont permis des progrès en termes de ponctualité. Entre 2009 et 2018, le taux de ponctualité est passé de 78 % à 88 % avec un pic à 90 % en 2015 dans un contexte de progression de la fréquentation à un rythme de 2 % par an. Toutefois, les conditions de déplacement sur cette ligne ne sont effectivement pas satisfaisantes. Pour ces raisons, un niveau important d'investissements doit être maintenu sur cette ligne essentielle aux transports du quotidien des franciliens. Ainsi, le RER B bénéficie pleinement de l'enveloppe de 1,3 Md€ prévue par les schémas directeurs au CPER : plus de 300 M€ lui ont ainsi été attribués entre 2015 et 2018. D'importants travaux vont par ailleurs se poursuivre en 2019, portant notamment sur la régénération des caténaires et l'optimisation du découpage électrique de la partie nord de la ligne B. Par ailleurs, dans le cadre du projet CDG Express, 500 M€ d'investissement vont bénéficier aux transports du quotidien dont 190 M€ pour le RER B. De plus, d'ici 2025, deux évolutions majeures vont intervenir sur le RER B : premièrement, l'arrivée d'un nouveau matériel roulant plus fiable, plus capacitaire et plus confortable et, deuxièmement, un nouveau système d'exploitation innovant (Nexteo) offrant une meilleure régularité pour les trains et une robustesse renforcée face aux aléas d'exploitation. Enfin, au-delà du seul RER B, le département de la Seine-Saint-Denis, au même titre que les autres départements franciliens, a bénéficié et bénéficie encore de l'engagement financier de l'État dans les transports collectifs. Il peut être cité, à titre d'exemple, la création du T4 et son débranchement, le T11 Express reliant Épinay-sur-Seine et le Bourget, les prolongements du métro ligne 11 à Rosny Bois-Perrier et du métro ligne 12 à Mairie d'Aubervilliers, la réalisation du projet de prolongement à l'ouest du RER E qui permettra à de nombreux Séquano-Dyonisiens d'accéder directement à la zone d'emploi de La Défense. Par ailleurs, le prolongement de la ligne 14 jusqu'à Mairie de Saint-Ouen puis Saint-Denis-Pleyel facilitera l'accès à l'ensemble du réseau des transports franciliens de par les nombreuses interconnexions qu'elle offrira. De plus, le Grand Paris Express va permettre de décharger le RER B grâce notamment aux lignes 16 et 17. Ces nouvelles infrastructures apporteront un saut qualitatif exceptionnel aux Séquano-Dyonisiens. Les travaux de réalisation de parois moulées ont commencé pour la ligne 16 et les premiers marchés de génie civil de la ligne 17 ont été attribués. Le calendrier de réalisation transmis aux entreprises prévoit une mise en service conjointe de ces lignes en 2024. Les transports du quotidien sont bien la priorité du Gouvernement, comme en témoignent les investissements de l'État dans le CPER Île-de-France ainsi que le projet du Grand Paris Express.