Allez au contenu, Allez à la navigation

Suspension des travaux du Charles de Gaulle express

15e législature

Question écrite n° 08261 de Mme Laurence Cohen (Val-de-Marne - CRCE)

publiée dans le JO Sénat du 20/12/2018 - page 6545

Mme Laurence Cohen interroge Mme la ministre, auprès du ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports sur les travaux du Charles de Gaulle (CDG) express, future liaison directe entre l'aéroport de Roissy et la gare de l'Est.
En effet, Île-de France mobilités, l'autorité régulatrice des transports de la région, a demandé à l'État « de suspendre les travaux du CDG Express tant que toutes les garanties n'auront pas été données sur l'absence d'impact sur les voyageurs du quotidien, notamment du RER B ».

Le CDG express empruntera en grande partie des infrastructures existantes, ce qui aura un impact sur l'exploitation de la ligne du RER B et des lignes de Transilien.

De nombreux élus et citoyens se mobilisent depuis des années pour dénoncer le coût exorbitant de ce projet, de 2,5 milliards d'euros pour transporter seulement 17 000 passagers par jour, avant tout des hommes d'affaires, et ce, au détriment des millions de Franciliens qui empruntent les transports existants et subissent les dégradations de la qualité de service.

Aussi, elle lui demande si elle entend se conformer à l'avis adopté lors du conseil d'administration d'Île-de France-mobilités, et suspendre les travaux de cette ligne afin de prioriser et d'améliorer les transports du quotidien.



Réponse du Ministère auprès du ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargé des transports

publiée dans le JO Sénat du 13/06/2019 - page 3107

Le projet CDG Express est indispensable pour améliorer le lien entre le centre de Paris et son principal aéroport. En effet cette liaison, directe, rapide et fréquente, est vitale pour l'économie et l'attractivité de notre pays, et de sa capitale, première destination touristique d'Europe. Les accès par les autoroutes A1 et A3 et le RER B sont saturés et ne pourront suffire à la croissance du trafic de l'aéroport. Île-de-France Mobilités dans sa délibération de juin 2016 a d'ailleurs « affirmé son fort soutien au projet CDG Express ». Ainsi, si les préoccupations concernant les transports du quotidien sont légitimes, elles ne remettent pas en cause l'opportunité du projet. Le CDG Express ne se fera pas au détriment des transports du quotidien. L'amélioration des transports du quotidien en Île-de-France est effectivement une priorité pour le Gouvernement. Le contrat de plan État-région en Île-de-France prévoit ainsi un volet transport urbain, ce qui est unique en France. Ce volet représente 7,6 Md€ d'investissements prévus sur la période 2015-2020, dont 1,4 Md€ pour l'État et 1,6 Md€ pour la Société du Grand Paris. Il s'agit principalement des schémas directeurs des RER et des Transiliens, du prolongement d'Éole, du prolongement de la ligne 11, de nouveaux tramways, de nouveaux tram-trains, de bus à haut niveau de service (BHNS). De même, le projet du Grand Paris Express viendra compléter le réseau radial existant (RER, Transilien, métro) grâce à des interconnexions, offrant ainsi aux franciliens un moyen de transport supplémentaire principalement en rocade. À terme, 200 kilomètres de lignes seront construits, c'est-à-dire autant que toutes les lignes du réseau actuel du métro parisien, et représenteront 35 Md € d'investissement. Concernant le projet CDG Express, il est utile de rappeler que le projet prévoit plus de 500 M€ d'investissements sur les voies existantes dont 190 M€ au bénéfice du RER B. Les lignes K et le TER Paris-Laon en bénéficieront également. Au total, 30 % du montant des 1,8 milliard d'euros du coût des travaux impacteront favorablement le réseau existant. Concernant les travaux, il y a effectivement un nombre de chantiers très importants dans les années à venir sur le secteur ferroviaire nord. Il s'agira de moderniser les transports du quotidien à travers : le schéma directeur du matériel roulant des RER B et D, le schéma directeur d'accessibilité des gares, l'interconnexion du Grand Paris Express, le nouveau système de pilotage Nexteo, le renouvellement de voies et de caténaires et bien d'autres actions très concrètes. Le CDG Express n'en représente qu'une partie. Le préfet de région a ainsi été chargé d'une mission sur le calendrier de ces travaux, en évaluant en particulier l'impact de plusieurs variantes de calendrier du projet sur les transports du quotidien. Ses conclusions ont été remises au Premier ministre et ont été rendues publiques. Au vu de ces éléments, le Gouvernement pourra préciser très prochainement les modalités de réalisation du projet, au vu de l'objectif réaffirmé que la construction et l'exploitation de la liaison soient sans impact sur les conditions de transport des voyageurs du quotidien.