Allez au contenu, Allez à la navigation

Dégradation de la position de la France sur le marché mondial des produits agricoles et agroalimentaires

15e législature

Question écrite n° 10787 de M. Jacques Le Nay (Morbihan - UC)

publiée dans le JO Sénat du 13/06/2019 - page 3022

M. Jacques Le Nay attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur la dégradation de la position de la France sur le marché mondial des produits agricoles et agroalimentaires. Dans son référé du 20 mai 2019, la Cour des comptes juge cette situation alarmante car notre pays n'a pas cessé de perdre des parts de marché dans le commerce mondial des produits agricoles et agroalimentaires depuis le début des années 2000. Aussi, elle préconise notamment d'organiser la concertation en vue de définir et promouvoir une « marque France » ayant vocation à fédérer tous les acteurs, privés ou publics à l'international. Il lui demande les moyens que compte mettre en œuvre le Gouvernement afin de suivre cette recommandation.



Réponse du Ministère de l'agriculture et de l'alimentation

publiée dans le JO Sénat du 25/07/2019 - page 4002

L'agroalimentaire est le troisième excédent du commerce extérieur français (+ 6,9 Mds€ en 2018) et la France est en mesure de répondre à une demande mondiale en plein essor, qui émane des pays émergents dont le niveau de vie augmente. Ainsi, le niveau des exportations agricoles et agroalimentaires n'a cessé de croître ces dernières années pour atteindre 61,7 Mds€ en 2018, en hausse de 1,2 % sur un an vers l'Union européenne et de 3,2 % vers les pays tiers. Ces résultats maintiennent la France au 6ème rang des exportateurs au niveau mondial et au 4ème pour les produits transformés. La stratégie du Gouvernement en matière de commerce extérieur, présentée par le Premier ministre le 23 février 2018, est articulée autour de trois axes majeurs : des politiques menées en faveur de la compétitivité ; une meilleure intégration des problématiques export dans les stratégies de filières ; des outils publics d'accompagnement plus simples, plus lisibles et adaptés notamment sur la formation et les financements export. Les états généraux de l'alimentation ont permis la consolidation d'un plan stratégique inter-ministériel 2018-2022 pour le développement des exportations et l'internationalisation des filières agricoles, agroalimentaires, forêt-bois et des produits bio-sourcés. La Cour des comptes a publié un rapport sur les soutiens publics nationaux aux exportations agricoles et agroalimentaires, qui analyse la dégradation de la position de la France sur le marché mondial des produits agricoles et agroalimentaires depuis le début des années 2000. Dans son référé du 20 mai 2019, la Cour des comptes préconise d'organiser la concertation en vue de définir et promouvoir une marque « France ». Une démarche gouvernementale sur ce sujet a été initiée dès janvier 2018, pour réfléchir à la création d'une marque France permettant d'unifier les acteurs de l'export sous une même bannière. La marque et son architecture reposent sur le mot « France » et le drapeau français comme signature, et sera déclinée en marques « filles ». Sur le domaine agricole et agroalimentaire, les marques « Choose France » pour les équipements agricoles et agroalimentaires et « Taste France » pour les produits agricoles et agroalimentaires peuvent être utilisées à compter de 2019 par les services de l'État et ses opérateurs pour promouvoir l'image économique de la France. Pour optimiser le déploiement de la marque « Taste France » et assurer son appropriation au niveau de la filière agroalimentaire, l'agence du patrimoine immatériel de l'État en lien avec le ministère de l'agriculture et de l'alimentation, Business France et les interprofessions du secteur agricole, travaillent à la création d'une plateforme qui permettra une définition concertée des marqueurs et des modalités d'utilisation de la marque par les professionnels.