Allez au contenu, Allez à la navigation

Suppression de l'observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

15e législature

Question écrite n° 14666 de M. Jean-Marie Janssens (Loir-et-Cher - UC)

publiée dans le JO Sénat du 12/03/2020 - page 1227

M. Jean-Marie Janssens attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur la suppression annoncée de l'observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). En effet, à l'automne 2019, le Gouvernement a confirmé sa volonté de supprimer l'ONDRP, à compter de 2021. Il s'agit d'une décision difficilement compréhensible alors même que les actes de délinquance atteignent un niveau particulièrement élevé en France. L'ONDRP a pour mission de produire et de diffuser des statistiques sur la criminalité et la délinquance. Depuis sa création en 2005, l'ONDRP a noué de nombreux partenariats pour collecter des données très détaillées et créer des outils innovants, comme l'enquête nationale de « victimation », développée avec l'institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Par ailleurs, l'indépendance de son conseil d'orientation vis-à-vis du ministère de l'intérieur a permis de publier un baromètre annuel basé sur une analyse indépendante des données. Par conséquence, il lui demande de détailler les raisons qui motivent la suppression de l'ONDRP et les mesures qu'il compte mettre en œuvre pour permettre un suivi statistique détaillé et indépendant sur la délinquance.

Transmise au Premier ministre



En attente de réponse du Premier ministre.