Allez au contenu, Allez à la navigation

Évolution du statut des correspondants locaux de presse

15e législature

Question écrite n° 18282 de M. Christophe Priou (Loire-Atlantique - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 15/10/2020 - page 4657

M. Christophe Priou attire l'attention de Mme la ministre de la culture sur la situation des correspondants locaux de presse (CLP) touchés par la précarité de leur statut. En effet, les correspondants locaux de presse demandent l'ouverture d'une réflexion sur leur statut créé en 1987 ainsi qu'une compensation pour la réduction drastique de leur activité pendant le confinement. Aucune aide n'a été allouée aux CLP pour pallier la perte de revenus durant la crise sanitaire. Il existe 30 000 correspondants en France. Alors même qu'ils produisent jusqu'à 70 % du contenu des journaux, qu'ils couvrent quotidiennement l'actualité locale, leur rôle est essentiel à la vie de la presse. Pourtant, le statut de CLP les assimile à des travailleurs indépendants. Ils ne bénéficient d'aucune protection sociale, d'aucun droit d'auteur sur les articles et photos et perçoivent une faible rémunération. Les rédactions exigent pourtant de leur part un travail de plus en plus proche de celui du journaliste. Malgré cela, ni leur statut, ni leur rémunération n'évoluent. Il lui demande quelles sont les intentions du Gouvernement afin de faire évoluer un statut obsolète, vieux de trente ans.



La question a été retirée pour cause de fin de mandat.