Allez au contenu, Allez à la navigation

Agressions des élus locaux en hausse

15e législature

Question écrite n° 19190 de Mme Laurence Harribey (Gironde - SER)

publiée dans le JO Sénat du 26/11/2020 - page 5534

Mme Laurence Harribey attire l'attention de Mme la ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales sur les nombreuses agressions subies par les élus locaux dans l'exercice de leur fonction et l'évolution nécessaire des moyens leur permettant d'être accompagnés et soutenus dans leurs missions quotidiennes.

L'association des maires de France estime que depuis le début de l'année, 233 maires ou adjoints ont été agressés soit une augmentation de 14 % par rapport à l'année dernière. Les agressions se succèdent, mois après mois. Récemment, un élu de Gironde a subi des violences physiques en voulant faire respecter le confinement. Cette situation est insoutenable. Les élus victimes se sentent désarmés pour affronter leur mandat.

Aujourd'hui, la formation et l'accompagnement des élus locaux au niveau de chaque collectivité ne sont clairement pas à la hauteur. Les maires et élus municipaux sont les représentants de la République et ils sont en première ligne devant la violence verbale et physique des administrés. Face à la récurrence des agressions et à la montée des mouvements complotistes, remettant en cause chaque vérité et minant l'autorité de la République et de ses élus, il est urgent de réagir. Un climat de défiance envers nos institutions prend racine, il est indispensable que l'État prenne les dispositions nécessaires pour accompagner les élus de la République.

Elle lui demande de proposer des mesures permettant de former et d'accompagner davantage les élus locaux, tout en renforçant les moyens des collectivités pour y parvenir.



Réponse du Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales

publiée dans le JO Sénat du 14/01/2021 - page 222

Dans le contexte d'augmentation du nombre d'actes commis à l'encontre des élus locaux, le Gouvernement a pris plusieurs mesures afin qu'ils soient mieux accompagnés face à ces violences. L'article L. 2123-35 du code général des collectivités territoriales (CGCT) institue un régime dit de protection fonctionnelle au profit des élus locaux : « la commune est tenue de protéger le maire ou les élus municipaux le suppléant ou ayant reçu délégation contre les violences, menaces ou outrages dont ils pourraient être victimes à l'occasion ou du fait de leurs fonctions et de réparer, le cas échéant, le préjudice qui en est résulté ». La protection de la commune à ces élus ne s'étend pas seulement aux violences, menaces ou outrages, mais également aux voies de fait, injures ou diffamations dont ils pourraient être victimes à l'occasion ou du fait de leurs fonctions (CAA Marseille, 3 février 2011, req. n° 09MA01028). Elle doit être accordée par délibération du conseil municipal, sous réserve néanmoins que les faits ont été commis sur la victime en sa qualité d'élu. Des dispositions similaires, prévues par les articles L. 3123-29 et L. 4135-29 du CGCT, s'appliquent aux présidents, vice-présidents et aux élus titulaires d'une délégation des conseils départementaux et régionaux. La protection fonctionnelle des élus locaux constitue donc un dispositif juridiquement très protecteur, comparable au régime de protection dont bénéficient les agents publics. Toutefois, les coûts induits par le recours à cette protection (frais d'avocat et de procédure, etc.) peuvent parfois représenter des sommes importantes. L'article 104 de la loi n° 2019-1467 du 27 décembre 2019 relative à l'engagement dans la vie locale et à la proximité de l'action publique a donc instauré l'obligation pour toutes les communes de souscrire un contrat d'assurance visant à couvrir les frais résultant de ses obligations pour la protection fonctionnelle de ses élus. Ce contrat d'assurance doit en outre inclure un dispositif d'assistance psychologique et de conseil afin de ne pas laisser seuls les élus exposés aux violences, et pour renforcer leur accompagnement. Cette mesure permettra de lever les obstacles financiers que les communes sont susceptibles de rencontrer pour assurer la protection de leurs élus et pour réparer les préjudices qu'ils ont subis. Les communes de moins de 3 500 habitants sont de plus soutenues financièrement pour la souscription de ce contrat. Les coûts qui en résultent pour elles sont en effet compensés par l'État, dans les conditions fixées par le décret n° 2020-1072 du 18 août 2020 fixant le barème relatif à la compensation par l'État des sommes payées par les communes de moins de 3 500 habitants pour la souscription des contrats d'assurance relatifs à la protection fonctionnelle de leurs élus. Cette compensation prend la forme d'un dispositif simple et automatique, une dotation forfaitaire annuelle, dont le montant varie selon la strate démographique des communes, afin de correspondre à l'effectif de leur conseil municipal. En outre, par une circulaire du 7 septembre 2020 relative au traitement judiciaire des infractions commises à l'encontre des personnes investies d'un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, le ministre de la justice a indiqué qu'il convenait de retenir des qualifications pénales prenant en compte la qualité des victimes lorsqu'elles sont investies d'un mandat électif. Dans le cas d'un élu insulté ou agressé verbalement, la qualification d'outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public doit ainsi être retenue, plutôt que celle d'injure. Cette circulaire rappelle également l'importance d'une réponse pénale systématique et rapide dans le cas de ces agressions, d'un traitement diligent des plaintes des élus et d'un suivi et d'un accueil personnalisé compte-tenu des contraintes qui sont les leurs. S'agissant, enfin, de la formation des élus, il convient de rappeler que celle-ci fera l'objet d'une réforme d'ensemble, prévue dans le cadre d'ordonnances dont l'habilitation résulte de l'article 105 de la loi « engagement et proximité » précitée. Cette réforme sera notamment l'occasion de mieux préciser le champ des formations en lien avec l'exercice d'un mandat local, d'en faciliter le recours et d'en consolider les financements.