Allez au contenu, Allez à la navigation

Importance vitale du secteur d'activité de l'alimentation

15e législature

Question orale n° 1417S de M. Frédéric Marchand (Nord - RDPI)

publiée dans le JO Sénat du 10/12/2020 - page 5798

M. Frédéric Marchand attire l'attention de Mme la ministre des armées sur la question de l'alimentation comme secteur d'activité d'importance vitale.
La crise sanitaire sans précèdent que nous connaissons a mis en lumière parmi les sujets que nous pensions, funeste erreur, acquis « ad vitam aeternam », celui de notre alimentation, celui de l'alimentation.

Cette crise nous rappelle toute l'importance de la « sécurité alimentaire », le besoin de savoir qu'on pourra s'alimenter en qualité et en quantité suffisante.
Cette question, la plus ancienne du monde, est celle posée dans l'ouvrage intitulé « Résilience alimentaire et sécurité nationale » qui a d'ailleurs servi de base à la proposition de résolution n° 588 (Sénat, 2018-2019) sur la résilience alimentaire des territoires et la sécurité nationale.

Cette résolution invitait, notamment, le Gouvernement à engager une révision de la loi de programmation militaire pour réfléchir à l'intégration de la production et du foncier agricole nourricier comme « secteur d'activité d'importance vitale » (SAIV), tel que défini à l'article R. 1332-2 du code de la défense comme « secteurs qui ont trait à la production et à la distribution des biens ou de services indispensables (dès lors que ces activités sont difficilement substituables ou remplaçables) : satisfaction des besoins essentiels pour la vie des populations ; exercice de l'autorité de l'État ; fonctionnement des économies ; maintien du potentiel de défense ; ou sécurité de la nation. »

Alors serions-nous peut-être en capacité de doter, par exemple, notre pays de véritables indicateurs sur les flux d'approvisionnement alimentaire sur notre territoire permettant une approche davantage précise et préventive de la réalité alimentaire de notre pays.

Un an plus tard, il lui demande où nous en sommes sur cette question et si le ministère peut préciser ses intentions sur un sujet dont chacun mesure bien, aujourd'hui, qu'il est essentiel.

Transmise au Ministère de l'agriculture et de l'alimentation



Réponse du Ministère auprès de la ministre de la transition écologique - Transports

publiée dans le JO Sénat du 16/12/2020 - page 11926

Mme le président. La parole est à M. Frédéric Marchand, auteur de la question n° 1417, transmise à M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation.

M. Frédéric Marchand. Monsieur le ministre, la crise sanitaire sans précédent que nous connaissons a mis en lumière, parmi les sujets que nous pensions, funeste erreur, acquis ad vitam aeternam, celui de notre alimentation.

Cette crise vient nous rappeler toute l'importance de ce que nous pouvons nommer la « sécurité alimentaire », le besoin de savoir que l'on pourra s'alimenter en qualité et en quantité suffisante.

Cette question, la plus ancienne du monde, est celle que pose Stéphane Linou dans son ouvrage Résilience alimentaire et sécurité nationale, qui a d'ailleurs servi de base à une proposition de résolution qui a été examinée par le Sénat, sur l'initiative de notre ancienne collègue Françoise Laborde, le 12 décembre 2019.

Ce texte invitait notamment le Gouvernement à engager une révision de la loi de programmation militaire pour réfléchir à l'intégration de la production et du foncier agricole nourricier au sein des « secteurs d'activité d'importance vitale » (SAIV) définis à l'article R. 1332-2 du code de la défense comme les secteurs qui ont trait à la production et à la distribution des biens ou de services indispensables, dès lors que ces activités sont difficilement substituables ou remplaçables : satisfaction des besoins essentiels pour la vie des populations, exercice de l'autorité de l'État, fonctionnement de l'économie, maintien du potentiel de défense, ou sécurité de la Nation.

Dans ce cas, nous serions peut-être en capacité de doter notre pays de véritables indicateurs au sujet des flux d'approvisionnement alimentaire sur notre territoire, ce qui permettrait une approche plus précise et préventive de la réalité alimentaire de notre pays. Il y a un an, M. Didier Guillaume, alors ministre de l'agriculture et de l'alimentation, répondait ceci à Mme Laborde : « La question du lien entre résilience alimentaire des territoires et sécurité nationale mérite d'être pleinement prise en compte, eu égard à l'actualité. Le Gouvernement est globalement d'accord avec l'esprit et les orientations de cette proposition de résolution. »

Alors, monsieur le ministre, allez-vous promouvoir le lien entre résilience alimentaire et sécurité nationale, à travers le continuum sécurité-défense, comme vous y invitait cette proposition de résolution ? Où en sommes-nous sur cette question ? Pouvez-vous nous préciser les intentions du Gouvernement sur un sujet dont chacun mesure bien, aujourd'hui, qu'il est essentiel ?

Mme le président. La parole est à M. le ministre délégué.

M. Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué auprès de la ministre de la transition écologique, chargé des transports. Monsieur le sénateur Marchand, je vous prie tout d'abord d'excuser l'absence de M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation, qui est cet après-midi à Bruxelles pour une réunion du Conseil de l'Union européenne.

Le Gouvernement tient à rappeler qu'il fait de la préservation de la santé de la population une priorité absolue. À ce titre, une attention renforcée doit être accordée à l'alimentation : Hippocrate enseignait déjà que l'alimentation est le premier médicament !

Malgré les difficultés rencontrées depuis le début de la crise de la covid-19, le secteur alimentaire a su s'adapter. Les Français ont pu disposer, tant en quantité qu'en qualité, d'une alimentation suffisante.

Cependant, comme vous l'avez souligné, ce secteur doit devenir encore plus résilient, afin de garantir la souveraineté alimentaire de la France.

L'article R. 1332-2 du code de la défense, que vous avez cité, définit les secteurs d'activité d'importance vitale. Il contient d'ores et déjà certaines dispositions pour assurer l'approvisionnement alimentaire en cas de crise. En effet, d'une part, l'alimentation figure depuis 2006 parmi les douze secteurs d'importance vitale ; le ministère de l'agriculture assure le suivi de ce dispositif. D'autre part, le périmètre du secteur d'importance vitale « alimentation » a été élargi en 2016.

Par conséquent, plusieurs opérateurs d'importance vitale définis dans le secteur de l'alimentation tiennent compte des multiples possibilités de substitution alimentaire. En cas de crise, ces opérateurs sont évidemment suivis et protégés.

Pour protéger le foncier agricole et conforter la souveraineté alimentaire de la France, des dispositions existent. Certaines d'entre elles, au sein du code rural, organisent en effet la transmission foncière dans notre pays. Aussi, en Europe comme en France, la réglementation sur le contrôle des investissements étrangers vient tout juste d'être renforcée et élargie à la production, à la transformation et à la distribution de produits agricoles.

Enfin, le Gouvernement tire tous les enseignements de la crise. Il apporte des réponses concrètes aux inquiétudes relatives à la souveraineté alimentaire française. Dans son volet agricole, le plan de relance consacre 1,2 milliard d'euros à l'agriculture et à l'alimentation. Ce budget inédit a, comme vous le savez, un but précis : permettre la reconquête de notre souveraineté alimentaire et ainsi assurer une alimentation de qualité à tous les Français.

Mme le président. La parole est à M. Frédéric Marchand, pour la réplique.

M. Frédéric Marchand. La reconquête de notre souveraineté alimentaire est bien évidemment une priorité, tout comme notre sécurité alimentaire. C'est pourquoi, me semble-t-il, il est nécessaire de continuer à travailler sur ce sujet. J'entends bien les objectifs définis et les mesures en vigueur, mais il faut encore travailler pour qu'une situation dramatique ne puisse pas se produire.