Allez au contenu, Allez à la navigation

Réouverture des établissements thermaux et relance économique

15e législature

Question écrite n° 21488 de M. Jean-Claude Anglars (Aveyron - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 18/03/2021 - page 1728

M. Jean-Claude Anglars attire l'attention de M. le ministre de l'économie, des finances et de la relance sur la nécessité de rouvrir les établissements thermaux dans le cadre de la relance économique.

Le secteur du thermalisme est lourdement affecté par les conséquences de la crise sanitaire. Fermés depuis le 30 octobre 2020, les établissements thermaux connaissent des difficultés financières majeures. Ils ont d'ailleurs poussé un cri d'alerte face à la situation du secteur d'activité, affichant 110 millions d'euros de pertes, et représentant 100 000 emplois directs et indirects, désormais menacés de disparition.

Les annonces du gouvernement concernant diverses mesures de prise en charge partielle d'une partie des frais causés par la fermeture des établissements est une première étape pour sauver ce secteur, même si celle-ci a été tardive.

Toutefois, aujourd'hui, la problématique dépasse les enjeux de compensations financières. Le maintien de la fermeture des centres est difficilement compréhensible par les acteurs économiques mais aussi par les patients en attente de soins.
L'enjeu est donc la réouverture des établissements thermaux dans les meilleurs délais, ce qui est justifié pour de nombreuses raisons.

Premièrement, il faut souligner que le thermalisme est la seule offre de santé remboursée par la sécurité sociale qui demeure fermée.

Deuxièmement, plus de 600 000 patients, souffrant de maladies chroniques, de douleurs physiques, de dépression, ont dû reporter leurs soins depuis plusieurs mois. Le défaut de soins sur plusieurs mois aura, d'après de nombreux médecins, des conséquences négatives à long terme sur la santé des personnes concernées. Le gouvernement doit donc agir rapidement afin de préserver la santé de nos concitoyens.

Troisièmement, les établissements thermaux sont pour l'immense majorité d'entre eux situés dans des communes de moins de 10 000 habitants. Les patients en séjour de soin sont donc aussi essentiels aux commerces de proximité ainsi qu'au tourisme local et soutiennent ainsi toute une « économie de la santé », particulièrement dans les territoires ruraux.

Quatrièmement, les établissements thermaux sont en parfaite capacité de respecter des protocoles sanitaires stricts permettant la réalisation des soins en adéquation avec les gestes barrières et l'ensemble des mesures qui s'imposent.

L'établissement thermal de Cransac-Les-Thermes, en Aveyron, est symptomatique de cette situation. « La cure de Cransac » participe au lancement et à l'allongement de la saison touristique et joue un rôle moteur dans l'économie, en avant et en arrière-saison, qui rayonne sur tout un périmètre géographique d'une soixantaine de kilomètre en Aveyron et dans le Lot.

Néanmoins, il demeure fermé alors que les conditions sont réunies pour l'ouverture de la nouvelle saison ; l'agence régionale de santé ne permet pas sa réouverture, mais ne donne aucune perspective. Ainsi, les acteurs économiques se disent dans une incertitude totale concernant la réouverture des établissements. En un mot : la décision du Gouvernement de maintenir fermés ces établissements suscite une incompréhension générale.

Aussi, il lui demande quand les établissements thermaux pourront rouvrir.



En attente de réponse du Ministère de l'économie, des finances et de la relance.