Allez au contenu, Allez à la navigation

Fracture numérique

15e législature

Question écrite n° 22156 de M. Stéphane Demilly (Somme - UC)

publiée dans le JO Sénat du 15/04/2021 - page 2492

M. Stéphane Demilly attire l'attention de M. le secrétaire d'État auprès des ministres de l'économie, des finances et de la relance, et de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, chargé de la transition numérique et des communications électroniques, sur la fracture numérique en France.
À l'heure du développement de la 5G, 20 % de la population française n'a pas accès à Internet. Cela représente 13 millions de nos concitoyens.
La crise sanitaire et le confinement ont encore creusé les inégalités d'accès au numérique en France. L'école à distance a révélé les inégalités entre élèves et la carence d'une formation solide au numérique. Un tiers des habitants des communes de moins de 1 000 habitats ne peut accéder à un internet de qualité minimale, et le débit internet en zone rurale est de deux à cinq fois plus faible qu'en ville.
Le télétravail imposé durant le confinement a également révélé que 5 millions de salariés rencontraient de fortes difficultés face au numérique.
La dématérialisation généralisée des services publics pour 2022 laisse sur le bord de la route 3 Français sur 5, dans l'incapacité de réaliser des démarches administratives en ligne. Beaucoup d'usagers se découragent et renoncent à leurs droits.
L'accès au numérique est aujourd'hui requis pour les téléconsultations, les démarches et déclarations en ligne, le commerce électronique, ou encore l'accès à la culture. Le constat est lourd : la République numérique a perdu de très nombreux citoyens en route, faute d'avoir su leur apporter le haut débit à domicile, ou leur donner un pouvoir d'achat suffisant pour s'équiper d'ordinateurs.
Une fracture numérique sociale et générationnelle représente un handicap dans notre société toujours plus numérisée. Ceux qui en sont exclus ont le sentiment d'être des citoyens de seconde zone.
Ainsi, il lui demande si des mesures vont être prises afin de réduire ses inégalités qui impactent nos concitoyens dans tous les domaines de leur vie.



Réponse du Secrétariat d'État auprès des ministres de l'économie, des finances et de la relance, et de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, chargé de la transition numérique et des communications électroniques

publiée dans le JO Sénat du 27/05/2021 - page 3446

La généralisation de la fibre optique jusqu'à l'abonné et de la 4G pour l'ensemble des Français est le socle indispensable pour résorber les fractures numériques. C'est pour cette raison que le Gouvernement a fixé des objectifs ambitieux pour le déploiement du très haut débit pour tous et vise la couverture générale en fibre optique du territoire d'ici 2025. Cette ambition vient compléter et renforcer les deux objectifs initiaux du Plan France Très Haut Débit (THD), qui prévoyait de garantir à tous un accès au bon haut débit (supérieur à 8 Mbits/s) d'ici 2020 et un accès au très haut débit (supérieur à 30 Mbits/s) d'ici 2022. La dynamique enclenchée par l'ensemble des acteurs de plan France THD est un indéniable succès : à date, plus de la moitié des locaux français, soit 22 millions de foyers et entreprises, sont desservis par un réseau en fibre optique, et deux-tiers des locaux peuvent accéder à un réseau très haut débit filaire (toutes technologies confondues). Avec plus de 5 millions de nouveaux locaux rendus éligibles en 2020 à un accès internet en fibre optique, la France est en tête des récents classements européens en matière de déploiements de la fibre optique jusqu'à l'abonné (FttH) et de progression des nouveaux abonnements. Dans le cadre du plan France Relance, le Gouvernement a décidé d'accélérer en octroyant 240 millions d'euros supplémentaires à la généralisation de la fibre à horizon 2025. L'accès au numérique ne se résumant pas à un accès technique, l'État et les collectivités territoriales mettent en œuvre depuis 2 ans une stratégie nationale pour développer les compétences des 13 millions de Français aujourd'hui considérés comme « éloignés du numérique ». Le plan France Relance vise ainsi à accélérer encore la lutte contre l'illectronisme grâce à un nouvel effort d'investissement de 250 millions d'euros pour l'inclusion numérique. Ainsi, 4000 conseillers numériques seront recrutés, formés et financés pour développer des ateliers d'initiation et de perfectionnement au numérique. 40 millions d'euros sont mobilisés pour les lieux de proximité qui proposent ou souhaitent développer des activités d'accompagnement au numérique (associations locales, mairies, bibliothèques, centres sociaux, etc.). Enfin, l'outil numérique Aidants Connect permettra aux aidants (travailleurs sociaux, agents de collectivités territoriales) de mieux accompagner les Français qui ne peuvent pas réaliser leurs démarches administratives seuls.