Allez au contenu, Allez à la navigation

Désengagement croissant de La Poste en zone rurale

15e législature

Question écrite n° 22878 de M. Philippe Paul (Finistère - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 13/05/2021 - page 3133

M. Philippe Paul souhaite appeler l'attention de M. le ministre de l'économie, des finances et de la relance, sur le désengagement croissant de La Poste en zone rurale. Dans le Finistère, ces dernières semaines, cette entreprise en charge des missions de service public que sont le service universel postal, le transport et la distribution de la presse, la contribution à l'aménagement du territoire et l'accessibilité bancaire, tend à réduire les horaires des bureaux de poste, initiative en général prélude à une fermeture. Cette situation est ainsi aujourd'hui vécue dans plusieurs communes, dont Cléder, Plouigneau, Plourin-lès-Morlaix ou encore Sizun, et ce malgré l'opposition clairement exprimée des maires et populations concernés. L'argument généralement avancé de la baisse de fréquentation est difficilement recevable puisque, aussi, conséquence d'une réduction de l'amplitude des horaires d'ouverture. Cette diminution de la présence postale pénalise en priorité nos concitoyens les plus âgés ou en situation de précarité, dépourvus de moyens de locomotion ou éloignés des usages numériques. Elle va aussi à l'encontre d'un aménagement équilibré du territoire. Le contrat de présence postale territoriale 2020-2022 signé entre l'État, l'association des maires de France et des présidents d'intercommunalité et La Poste indiquant expressément que toute transformation de bureaux de poste doit être discutée au niveau local et est soumise dans les zones rurales à l'accord formel préalable du maire de la commune concernée, il lui demande de rappeler La Poste à ses obligations relatives aux missions de service public exposées ci-dessus, missions qui doivent s'exercer au bénéfice de l'ensemble de la population sans diminution de moyens, en particulier dans les communes rurales.



En attente de réponse du Ministère de l'économie, des finances et de la relance.