Allez au contenu, Allez à la navigation



 

Sommaire Suite

N° 68

SÉNAT

SESSION ORDINAIRE DE 1998-1999

Annexe au procès-verbal de la séance du 19 novembre 1998.

AVIS

PRÉSENTÉ

au nom de la commission des Affaires économiques et du Plan (1) sur le projet de loi de finances pour 1999, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

TOME XVI

TOURISME

Par M. Charles GINÉSY,

Sénateur.

(1) Cette commission est composée de : MM. Jean François-Poncet, président ; Philippe François, Jean Huchon, Jean-François Le Grand, Jean-Pierre Raffarin, Jean-Marc Pastor, Pierre Lefebvre, vice-présidents ; Georges Berchet, Jean-Paul Emorine, Léon Fatous, Louis Moinard, secrétaires ; Louis Althapé, Pierre André, Philippe Arnaud, Mme Janine Bardou, MM. Bernard Barraux, Michel Bécot, Jacques Bellanger, Jean Besson, Jean Bizet, Marcel Bony, Jean Boyer, Mme Yolande Boyer, MM. Dominique Braye, Gérard César, Marcel-Pierre Cleach, Gérard Cornu, Roland Courtaud, Désiré Debavelaere, Gérard Delfau, Marcel Deneux, Rodolphe Désiré, Michel Doublet, Xavier Dugoin, Bernard Dussaut, Jean-Paul Emin, André Ferrand, Hilaire Flandre, Alain Gérard, François Gerbaud, Charles Ginésy, Serge Godard, Francis Grignon, Louis Grillot, Georges Gruillot, Mme Anne Heinis, MM. Pierre Hérisson, Rémi Herment, Bernard Joly, Alain Journet, Gérard Larcher, Patrick Lassourd, Edmond Lauret, Gérard Le Cam, André Lejeune, Guy Lemaire, Kléber Malécot, Louis Mercier, Bernard Murat, Paul Natali, Jean Pépin, Daniel Percheron, Bernard Piras, Jean-Pierre Plancade, Ladislas Poniatowski, Paul Raoult, Jean-Marie Rausch, Charles Revet, Henri Revol, Roger Rinchet, Jean-Jacques Robert, Josselin de Rohan, Raymond Soucaret, Michel Souplet, Mme Odette Terrade, MM. Michel Teston, Pierre-Yvon Trémel, Henri Weber.

Voir les numéros :

Assemblée nationale (11ème législ.) : 1078, 1111 à 1116 et T.A. 193.

Sénat : 65 et 66 (annexe n° 28) (1998-1999).



Lois de finances.

Mesdames, Messieurs,

En 1997, le tourisme, qui représente 7 % du PIB français, assure un chiffre d'affaires de près de 700 milliards de francs, et dégage un excédent de devises de 66,6 milliards de francs.

Le secteur représente un million d'emplois directs et près de deux millions d'emplois indirects, et tout laisse à penser que 1998 permettra de réaliser de meilleurs résultats qu'en 1997.

Dans le projet de loi de finances pour 1999 les crédits consacrés au tourisme s'élèvent globalement à 386,5 millions de francs, soit une hausse de plus de 7 % par rapport à 1998. Au-delà de cette augmentation, il convient de se féliciter que les mesures nouvelles ainsi décidées soient concentrées sur les crédits d'intervention pour accompagner le développement économique du secteur.

Cette orientation, qui traduit les choix prioritaires du Gouvernement, devra être poursuivie dans les prochaines années, afin que la France conserve sa place au premier rang mondial des destinations touristiques.

CHAPITRE 1ER -

LES BONS RÉSULTATS
DE L'ÉCONOMIE TOURISTIQUE

I. LES PERFORMANCES DE LA " DESTINATION FRANCE " DANS UN TOURISME MONDIAL EN PLEIN ESSOR

A. LE TOURISME MONDIAL EST CONFORTÉ PAR LA RELANCE DE L'ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE

La reprise économique mondiale a contribué au nouvel essor des déplacements touristiques internationaux en 1997 qui, selon l'Organisation mondial du Tourisme, ont progressé de 2,8 % par rapport à 1996, après une hausse de 5,6 % entre 1996 et 1995. Ainsi, on estime à environ 612 millions le nombre de voyages effectués à l'étranger en 1997 pour un volume d'environ 443 milliards de dollars de recettes (hors transport).

Derrière ces taux de croissance moyens, apparaissent des situations contrastées attestant d'une redistribution des flux touristiques internationaux : si l'Europe demeure en tête avec plus de 59 % du total des arrivées, ce sont les pays asiatiques ainsi que l'Océanie et l'Amérique du Sud qui bénéficiaient depuis quelques années des plus forts taux de croissance. Ce phénomène s'explique à la fois par l'intensification des efforts consacrés à accroître, améliorer et promouvoir l'offre touristique de ces pays, mais également par l'émergence de nouvelles clientèles touristiques dans des zones situées à leur proximité. On peut noter la croissance significative des arrivées de touristes en Afrique et la stagnation des destinations asiatiques, à l'exception de l'Asie du Sud.

Ainsi, la crise asiatique semble avoir eu un impact important sur le tourisme dans cette zone. En effet, la zone Asie du Sud Est/Pacifique stagne par rapport à 1996 en termes d'arrivées et de recettes. Seule l'Asie du Sud progresse (+4,5 % en arrivées et 5,8 % en recettes). Malgré une progression moins rapide que dans le reste du monde, l'Europe a conservé sa suprématie sur le marché des déplacements touristiques internationaux. Au cours de l'année 1997, la croissance en termes d'arrivées a été de 3,4 % avec plus de 360 millions d'arrivées. On note toutefois en 1997 un fléchissement des recettes (-0,7 %) pour l'ensemble de la zone européenne. On enregistre, enfin, les meilleurs résultats dans l'Europe du Sud et en Europe méditerranéenne orientale, où les recettes de la Turquie ont augmenté de plus de 17 %.

Par ailleurs, l'activité touristique a connu une légère augmentation sur le continent américain (2,1 % d'arrivées supplémentaires en 1996). L'activité des voyages a été favorisée par le bon taux de développement économique de l'Amérique du Nord. Les gros efforts d'ajustement du Mexique et d'autres pays de la région depuis plusieurs années ont contribué à la reprise. L'Amérique du Nord a très peu progressé en arrivées (+ 0,2 %) mais l'accroissement des recettes a été marqué (+6,9 %). Le tourisme international des Caraïbes a connu un rythme de progression analogue à celui enregistré ces dernières années.

Sommaire Suite