Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 1996

 

Vll. TÉLÉDIFFUSION DE FRANCE

TDF poursuit, en 1995, l'application de son deuxième plan stratégique portant sur la période 1994-1996.

Ce plan prévoit la poursuite des activités de développement de TDF dans les domaines des radiocommunications, du câble, de l'infodiffusion, de l'international et des services vidéo.

Cet objectif de diversification, entamé lors du plan stratégique 1989-1993, est poursuivi grâce à une hausse régulière du chiffre d'affaires.

A. LES ASPECTS BUDGÉTAIRES 1994-1996

Les activités de TDF rassemblent :

les prestations fournies aux sociétés nationales de programmes (2.234 millions de francs) ;

les prestations de diffusion, de transmission et de prédiffusion réalisées pour les sociétés de programmes privées et pour les autres clients audiovisuels (1345 millions de francs environ) ;

- le câble (61 millions de francs) ;

- l'ingénierie (174 millions de francs)

- et enfin les radiocommunications (277 millions de francs).

Evolution budgétaire 1993-1994

(En millions de francs)

Source : TDF

Activité par catégories en 1994

(En millions de francs hors taxes)

Année 1994

(En millions de francs hors taxes)

Source : TDF

TDF mène une politique commerciale adaptée en matière de diffusion hertzienne. Les télévisions locales privées métropolitaines connaissent de très importantes difficultés financières. Ces difficultés tiennent à la structure du financement de ces chaînes. TDF a proposé des solutions de nature à faciliter leur survie en période de montée en charge.

Les télévisions privées dans les DOM-TOM, qui semblaient avoir démarré dans de meilleures conditions, connaissent à leur tour des difficultés comparables à celles des télévisions locales métropolitaines.

Des sociétés privées, telles qu'Emettel dans le secteur des réémetteurs, font désormais concurrence à TDF.

En matière de radio, outre celles assurant leur propre diffusion, phénomène observé de tout temps et caractéristique des stations locales, on observe que certains groupes comme NRJ proposent désormais sur le marché des services directement concurrents de ceux de TDF.

Enfin, en matière de satellite l'abandon de la construction d'une deuxième génération de satellites de diffusion directe destinée à succéder à TDF1-TDF2 sur la position orbitale à 19° W réduit la politique de TDF en la matière à l'exploitation des deux satellites en orbite, dans la mesure des possibilités techniques, aussi longtemps que les recettes encaissées des clients couvriront les charges d'exploitation (hors amortissements et provisions).

Pour 1994, les charges d'exploitation du satellite (hors amortissements et provisions) se sont élevées à 37,3 millions de francs. Le chiffre d'affaires réalisé au cours de la même période a été de 46 millions de francs HT. Le budget 1995 prévoit un chiffre d'affaires de 45,7 millions de francs HT et des charges d'exploitation de 35 millions de francs.

L'affectation des canaux de TDF1-TDF2 était, au 1-08-1995, la suivante :

Canal 5 : Canal + (Crypté Eurocrypt).

Radio-France Hector (en clair).

Canal 9 : Ciné-Cinémas format 4/3 (crypté Eurocrypt)

Canal 17 : A titre provisoire, transmission de programmes CFI vers l'Italie.

Tous les programmes sont diffusés dans la norme D2 MAC.