Allez au contenu, Allez à la navigation



Les télécommunications à haut débit au service du système de santé, tome 1 (rapport)

 

SECTION 3 : DE NOUVELLES PERSPECTIVES OUVERTES PAR LE RECOURS AUX TÉLÉPHONES MOBILES

Les téléphones mobiles sont en train de devenir de véritables ordinateurs et d'intégrer des fonctionnalités inenvisageables jusqu'à présent.

Il est aujourd'hui possible avec la technique de compression par GPRS de transmettre des électrocardiogrammes par téléphone mobile. Si nous ne pouvons pas parler de temps réel pour un électrocardiogramme au sens strict du terme le délai de transmission (quelques fractions de secondes) équivaut dans la pratique au même.

Ce point est important car les techniques de compression permettent très largement de pallier l'absence de haut débit.

Les systèmes d'alerte et de télésurveillance par téléphone mobile présentent l'avantage de pouvoir redonner de la mobilité à des personnes qui en l'absence de tels systèmes devraient rester chez elles voire demeurer dans des structures médicalisées.

Un domaine d'application privilégié de la télésurveillance par téléphone mobile pourrait être celui de la surveillance de l'électrocardiogramme pour l'analyse d'anomalies intermittentes, tel le diagnostic d'un trouble du rythme paroxystique, ou la surveillance thérapeutique après un accident cardiaque, ou au début de traitement, d'un médicament potentiellement arythmogène.

Il existe des systèmes permettant au patient d'enregistrer simplement son tracé électrocardiographique en posant le boîtier sur son thorax, puis de transmettre ce tracé grâce au modem inclus dans le boîtier par un simple appel téléphonique à un centre d'écoute, de recueil et d'analyse des électrocardiogrammes, où une équipe médicale assure la permanence 24h sur 24, pour décider avec le patient de la conduite à tenir (rassurer, adapter le traitement, envoyer le médecin traitant voire le Samu...). des médecins cardiologues, reçoivent par fax le tracé dans les 5 minutes qui suivent l'appel du centre, ainsi qu'un compte-rendu de son interprétation.

A noter qu'à l'étranger un autre type de service et de dispositif existe pour la surveillance ambulatoire des anomalies du rythme cardiaque, comportant un appareillage surveillant en permanence le rythme cardiaque, associé à un outil de repérage par satellite, type GPS, et de transmission hertzienne permettant aux patient de vaquer normalement à leurs occupations y compris leurs déplacement, et d'être secourus en tous lieux en cas d'alerte cardiaque : le centre de télésurveillance peut en effet, grâce au GPS envoyer une ambulance médicalisée, avant même de prendre contact avec le porteur du boîtier pour l'avertir de l'imminence de l'arrivée du médecin urgentiste.

Le faible déploiement actuel des programmes de télésurveillance médicale, alors que les outils techniques en sont, le plus souvent, disponibles est très regrettable car de nombreuses vies humaines pourraient peut-être être sauvées.