Allez au contenu, Allez à la navigation



Les télécommunications à haut débit au service du système de santé, tome 1 (rapport)

 

DEUXIÈME PARTIE : LA TÉLÉMÉDECINE

La télémédecine est l'acte médical utilisant la vidéo interactive, audio, et autres appareils technologiques d'auscultation pour porter un diagnostic à distance et engager des soins. Elle regroupe essentiellement la téléconsultation et la téléchirurgie.

Elle a pour vocation de soigner le malade à distance en établissant un diagnostic précis.

Cette médecine est aujourd'hui au point mais, son développement est entravé par bien des obstacles alors que ces techniques peuvent considérablement améliorer le confort et la qualité de prise en charge du patient.

En France, l'Ordre des médecins réprouve les consultations par téléphone et n'est pas favorable aux consultations individuelles sur Internet. En outre, ces actes ne sont pas, en tant que tel, remboursés par l'assurance maladie, ce qui entrave l'éclosion de propositions dans ce domaine.

C'est pourquoi la télémédecine est aujourd'hui un outil largement réservé aux hôpitaux car elle permet de mieux gérer les pénuries de personnels médicaux et d'apporter à la population un accès à un service public de qualité indépendamment de la localisation géographique.

Il est d'ailleurs probable que l'installation de stations de télémédecine constitue le meilleur moyen de sauver les hôpitaux et les structures de soins de proximité.

CHAPITRE I : LA TÉLÉSURVEILLANCE

La télésurveillance permet d'assurer à distance la surveillance médicale d'un patient qui présente des risques ou doit suivre un traitement. Cette technique est porteuse d'avenir car elle rend possible, via Internet ou lors de ses déplacement via le téléphone portable, une surveillance satisfaisante du patient à son domicile. Dans la pratique elle devrait aider à hâter la fin d'une hospitalisation, assurer un meilleur suivi à domicile des personnes âgées. Dans cette perspective elle constitue probablement l'une des solutions à des crises sanitaires du type de celle constatée avec la canicule de 2003.

SECTION 1 : LA TÉLÉSURVEILLANCE, UN OUTIL ADAPTÉ AUX SITUATIONS D'URGENCE

La notion de télésurveillance existe maintenant depuis quelques années mais l'usage d'Internet lui donne une toute autre dimension : il ne s'agit plus aujourd'hui d'appuyer sur le bouton d'un boîtier pour déclencher une alarme mais d'assurer un véritable suivi du patient.

En effet, l'émergence de nouveaux capteurs automatiques dont le signal codé fournit des informations médicales, rend envisageables des modalités innovantes de prises en charge de nombreuses catégories de malades en assurant la saisie de signaux physiologiques à distance.

Cette technique permet de traiter plus de patients hors de l'hôpital (par exemple en matière de dialyse à domicile). Elle est probablement adaptée au maintien à domicile de patients lourdement handicapés ou victimes de maladies chroniques.

Ces systèmes ouvrent la possibilité de maintenir chez eux des patients fragiles, en particulier des personnes âgées, qui auraient dû être hospitalisées en observation ou pour des soins. Elles sont certainement facteur d'économies importantes pour l'assurance maladie mais, dans les faits, les expériences conduites sont très souvent financées par les collectivités locales.

Avec le vieillissement de la population, et la volonté d'une grande partie des personnes du troisième âge de demeurer à leur domicile, les techniques de surveillance vont devoir se généraliser mais si le recours à l'ordinateur permet de dialoguer avec les personnes âgées et de les aider, encore faut-il qu'elles soient équipées d'ordinateurs et qu'elles sachent ou puissent, du fait des handicaps de l'âge, les utiliser.