Allez au contenu, Allez à la navigation



Définition et implications du concept de voiture propre

 

2. Les émissions des voitures particulières en France

Les émissions du transport routier sont en France de 135 MteCO2 et se répartissent de la manière suivante :

Les émissions du transport routier ont en France fortement progressé depuis 1990.

Selon le CCFA, on assiste donc à une stabilisation des émissions qui devrait se poursuivre par une baisse telle que le montrerait l'année 2004.

Les émissions unitaires des voitures particulières sont mesurées sur un cycle d'essai européen normé. Elles sont exprimées en grammes de CO2 par kilomètre parcouru.

Les émissions par km parcouru sont en baisse sensible depuis 1995. Elles sont passées de 175 g/km en moyenne à 154 g en 2004. Cependant, depuis quatre ans la diminution des émissions stagne27(*).

Cette évolution est confirmée par l'évolution de la consommation moyenne de carburant. Celle-ci baisse dans les mêmes proportions sous l'effet de la diésélisation du marché et de la baisse de consommation spécifique des nouveaux moteurs diesel.

Les progrès de la motorisation diesel se traduisent très rapidement dans les émissions du parc permettant le développement rapide de véhicules émettant moins de 120 g et de véhicules émettant moins de 140 g. En 2004, 287.692 véhicules émettant moins de 120 g ont été vendus, soit 14 % des ventes. Ce sont les constructeurs français qui sont les plus performants sur ce segment de marché.

Immatriculations VP 2000 : 2 124 000 2004 : 2 014 000

Tendance MASSIVE vers les véhicules bas CO2

0

200 000

400 000

600 000

800 000

1 000 000

1 200 000

< 101

101 à 120

121 à 140

140 à 160

161 à 200

> 200

- 272 000

- 17 500

g CO2/km

< 1000

+270 000

+168 000

- 270 000

Les progrès accomplis et l'effet de la diésélisation apparaissent lorsque l'on compare, en 2004, les ventilations des émissions entre essence (à gauche) et diesel (à droite) :

Ainsi seuls 20 % des véhicules essence vendus en 2004 en France émettent moins de 140 g alors que 40 % des véhicules diesel ont des émissions inférieures à ce chiffre.

Les dix modèles les plus vendus émettant moins de 120 g :

Source ADEME

En dessous de 115 g de CO2, ce sont 138 207 véhicules diesel qui ont été vendus dont 134 000 par les constructeurs français.

Les dix meilleurs modèles diesel sont :

Ce sont donc logiquement les constructeurs français qui ont les moyennes d'émissions les plus basses sur leurs gammes. La gamme Renault émet en moyenne 148 g et la gamme PSA 149 g en 2004.

Ces données doivent être analysées au regard de l'objectif volontaire des constructeurs européens d'atteindre une moyenne collective de 140 g en 2008 et de 120 g en 2012. L'engagement de 140 g d'émissions correspond à une consommation de 5,2 l de diesel et 5,8 l d'essence aux 100 km. 120 g équivaut à 4,5 l de diesel et 5 l d'essence aux 100 km.

La Commission européenne relevait en juin 2005 que l'ACEA (Association européenne des constructeurs automobiles) avait atteint une moyenne de 163 g/km en 2003, soit un progrès de 11,9 % par rapport à 1995, la JAMA (association des constructeurs japonais) 172 g, soit - 12,2 % et la KAMA (association des constructeurs coréens) 179 g, soit - 9,1 %. Pour la Commission le danger est donc important que les constructeurs n'atteignent pas leurs objectifs en 2008 et plus encore en 2012.

* 27 Les données ci-dessous ainsi que les graphiques sont issus du rapport annuel de l'ADEME « Les véhicules particuliers en France », 2004, établi par Mme Sandrine Catania du département des technologies des transports.