Allez au contenu, Allez à la navigation



A quoi sert le baccalauréat ?

 

B. DES BACCALAURÉATS GÉNÉRAUX ET TECHNOLOGIQUES QUI NE SONT PAS GAGE D'INSERTION

Ni le baccalauréat général ni le baccalauréat technologique n'ont pour vocation première l'insertion professionnelle et lorsque leurs titulaires achèvent avec succès leurs études supérieures courtes, leur insertion est bonne, voire excellente dans certaines filières (STI, SMS). Toutefois, lorsqu'ils choisissent d'entrer directement dans la vie active ou lorsqu'ils échouent, les bacheliers généraux et technologiques non diplômés du supérieur connaissent des difficultés d'insertion significatives.

Pour certains baccalauréats, cette situation fait particulièrement problème. Car si la quasi-totalité des bacheliers généraux poursuit des études supérieures, une petite part des diplômés des séries technologiques entre directement sur le marché du travail. Ce choix n'est pas dénué de sens, leur baccalauréat ayant une orientation professionnelle plus marquée que dans les séries générales. Toutefois, ils se trouvent alors confrontés à de vraies difficultés.

BACHELIERS TECHNOLOGIQUES ENTRÉS
DIRECTEMENT SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL

Bac d'origine

Echantillon

Effectifs estimés

Taux de chômage

Salaire médian

Part des EDI

STI (Sciences et techniques industrielles)

189

4 000

13,7

1 320

55

SMS (Sciences médico-sociales)

233

5 000

14,3

1 100

44

STT (Sciences et techniques du tertiaire)

461

11 000

16,9

1 070

49

Source : enquête Génération 2004, données provisoires - CEREQ

Pour répondre à ces difficultés que connaissent les bacheliers généraux et technologiques non diplômés du supérieur, une attention particulière pourrait donc être apportée aux dispositifs de réorientation, en facilitant notamment l'accès à des BTS via des dispositifs de remise à niveau. Un nombre croissant d'entre eux prend en effet conscience, soit à la sortie du lycée, soit après de premières années d'enseignement supérieur, de l'intérêt des études professionnelles.

Pour l'heure, les années de mise à niveau ne sont accessibles qu'aux seuls bacheliers de l'année n ou n-1 et réservées à quelques filières (arts appliqués, hôtellerie-restauration). Il conviendrait de les ouvrir plus largement, afin d'offrir aux bacheliers généraux ou technologiques qui se découvrent une vocation professionnelle la possibilité de se réorienter.

DES BACHELIERS À SUIVRE AVEC UNE ATTENTION PARTICULIÈRE

Au terme de cet état des lieux des fonctions des différents baccalauréats, votre groupe de travail souhaite attirer l'attention de la communauté éducative sur les bacheliers qui, dans certaines situations, peuvent se révéler plus fragiles et doivent donc faire l'objet d'un soutien particulier.

Il s'agit notamment :

- des 3 % de bacheliers professionnels et des 14 % de bacheliers technologiques qui s'inscrivent à l'université, alors qu'ils ont de très fortes chances d'y connaître de grandes difficultés ;

- des bacheliers admis au rattrapage ou de justesse dès le 1er groupe, et qui échouent significativement plus souvent dans le supérieur que leurs camarades ;

- des bacheliers généraux et technologiques qui entrent sur le marché du travail sans diplôme du supérieur et qui y connaissent une insertion souvent difficile.