Allez au contenu, Allez à la navigation



A quoi sert le baccalauréat ?

 

D. RENDRE PUBLICS À TITRE INDICATIF LES PRÉREQUIS DE CHAQUE FILIÈRE DU SUPÉRIEUR

En complément du développement de l'orientation active et personnalisée que le groupe de travail appelle de ses voeux, il serait également bon que les universités fassent connaître par avance à titre indicatif les connaissances et les compétences qu'elles estiment nécessaire de posséder pour suivre avec profit leurs enseignements.

Votre rapporteur avait au demeurant proposé un amendement en ce sens au Sénat, qui l'avait adopté, lors de l'examen du projet de loi pour l'avenir de l'école précité.

Cette proposition semble toujours valable. Elle pourrait prendre un nouveau sens avec l'association de l'enseignement supérieur à la définition des programmes des classes conduisant au baccalauréat. En effet, les universités seraient ainsi conduites à définir leurs « prérequis » en fonction non pas d'une situation idéale, mais des programmes et des enseignements existant effectivement et qu'elles contribueraient à définir.

Les élèves pourraient ainsi être guidés dans leur choix d'options par les informations fournies par les universités. Au total, c'est la bonne articulation du supérieur et du secondaire qui s'en trouverait renforcée.

Proposition n° 15 - Rendre publiques pour chaque filière d'enseignement supérieur les compétences et les connaissances nécessaires pour la suivre avec profit.

E. DONNER LA PRIORITÉ AUX BACHELIERS TECHNOLOGIQUES ET PROFESSIONNELS DANS L'ACCÈS AUX ÉTUDES SUPÉRIEURES COURTES

Il ne suffit toutefois pas d'informer les jeunes bacheliers, il faut aussi leur permettre de s'inscrire dans les filières qui correspondent parfaitement à leur profil lorsqu'ils le souhaitent.

Les données issues des premières expériences d'orientation active montrent en effet que les voeux des futurs bacheliers sont le plus souvent parfaitement réalistes. Rares sont ainsi les élèves de la voie professionnelle ou technologique qui formulent comme premier voeu une inscription dans l'enseignement supérieur long.

RÉPARTITION DES VoeUX N°1 DES ÉLÈVES
ISSUS DE TERMINALE GÉNÉRALE

Filières

Nombre de voeux n°1

Pourcentage

L1

39 572

45,7 %

IUT

18 019

20,8 %

STS

11 830

13,7 %

CPGE

12 904

14,9 %

Autres

4 322

5,0 %

RÉPARTITION DES VoeUX N°1 DES ÉLÈVES
ISSUS DE TERMINALE TECHNOLOGIQUE

Filières

Nombre de voeux n°1

Pourcentage

L1

4 964

10,5 %

IUT

8 433

17,8 %

STS

3 1734

67,0 %

CPGE

857

1,8 %

Autres

1 242

2,6 %

RÉPARTITION DES VoeUX N°1 DES AUTRES CANDIDATS
(DONT ISSUS DE TERMINALE PROFESSIONNELLE)

Filières

Nombre de voeux n°1

Pourcentage

L1

837

5,2 %

IUT

696

4,3 %

STS

14 302

88,4 %

CPGE

1

-

Autres

342

2,1 %

Source : ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche23(*)

Dès lors, le problème est bien d'accueillir dans le supérieur court (IUT ou STS) tous les bacheliers technologiques et professionnels qui en font la demande.

Pour ce faire, deux possibilités peuvent être envisagées :

- la reconnaissance d'un droit d'inscription prioritaire en STS et dans certaines filières des IUT aux bacheliers professionnels et technologiques qui en font la demande ;

- le développement des dispositifs financiers incitatifs indexant une partie des dotations de ces filières sur la proportion de bacheliers technologiques et professionnels qu'elles accueillent. Le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche a mis en place un tel système pour développer l'accueil des bacheliers technologiques en IUT. Il pourrait être renforcé et étendu aux STS.

Proposition n° 16 - Donner la priorité aux bacheliers technologiques et professionnels dans l'accès aux études supérieures courtes (STS et IUT).

* 23 Données 2008 regroupant les voeux des lycéens des 12 académies ayant intégré toutes leurs formations dans le processus d'orientation active.