Allez au contenu, Allez à la navigation



La défense antimissile balistique : bouclier militaire ou défi stratégique ?

6 juillet 2011 : La défense antimissile balistique : bouclier militaire ou défi stratégique ? ( rapport d'information )

LA DÉFENSE ANTIMISSILE

BALISTIQUE

I. PRINCIPES D'INTERCEPTION

A. CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES : LE CARACTÈRE DIMENSIONNANT DE LA MENACE SUR L'ARCHITECTURE DE LA DÉFENSE

Un système de défense est dimensionné contre une menace donnée en termes de caractéristiques des missiles envisagés, de nombre de missiles, de scénarios de confrontation (zone de lancement, points visés).

La menace balistique est une réalité aujourd'hui dans les principaux pays proliférants, mais si l'on envisage un système de défense active opérationnel en 2030 et efficace pour 20 ans, il devra être adapté à la menace de 2050.

Il devra être robuste à la sophistication de la menace, mais jusqu'où ? Devra-t-il être robuste aux missiles multi-têtes ? Quelles aides à la pénétration (ALAP) doivent-elles être envisagées ? L'attaquant adaptera-t-il sa stratégie suivant le type de défense déployées ? Faut-il envisager un tir depuis l'Atlantique ? Une défense du territoire doit elle être omnidirectionnelle ou axée sur l'arc des menaces ? L'attaquant ne possèdera-t-il que des missiles balistiques, à l'exclusion de missiles de croisière, que personne ne sait arrêter ?

La meilleure défense n'est elle pas l'attaque, la contre-force (action militaire préventive sur les zones de déploiement des missiles) ou la dissuasion ?

B. LES DIFFÉRENTES CLASSES DE DÉFENSE

1. Détermination des différents types de défense en fonction de la nature de l'interception

La question de la défense antimissile se focalise généralement sur la défense active comportant trois classes possibles :

- la défense exo-atmosphérique, (« Exo») dans la phase balistique du missile, qui est la plus longue ;

- la défense dans la phase dite « haut endo-atmosphérique » (« Haut Endo ») c'est-à-dire le début de la phase de rentrée, entre 100 km (limite de l'atmosphère) et 25-30 km ;

- la défense dans la phase dite « bas endo-atmosphérique » (« Bas Endo ») entre 25-30 km et le sol ou « Défense aérienne élargie » (DAE).

Mais d'autres types de défense ont pu, peuvent, ou pourront exister :

- les défenses ABM (Safeguard américains4(*) / système A135 russe de défense de Moscou), constituées à base d'intercepteurs nucléaires qui se déclenchent à proximité de la cible, en phase exo-atmosphérique et provoquent une explosion nucléaire capable de détruire le missile assaillant ;

- les systèmes de défense en phase propulsée, qui visent à intercepter le missile au tout début de son lancement ; les projets américains portaient sur des intercepteurs (KEI) ou des armes à énergie dirigée (Airborne laser), mais la complexité extrême de ces systèmes de défense a conduit à leur abandon ;

- les systèmes de défense prospectifs comme les intercepteurs « multi-têtes » (projet MKV américain) ou les armes anti-satellites (ASAT).


* 4 Retirés en 1976, quelques mois après leur déploiement à Grand Forks (Dakota du Nord).