Allez au contenu, Allez à la navigation

Mali : comment gagner la paix ?

16 avril 2013 : Mali : comment gagner la paix ? ( rapport d'information )

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

Pour le groupe « Sahel » de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat, la prolongation de l'intervention au Mali des forces françaises au-delà de 4 mois doit être autorisée par le Sénat. Cette intervention, légale et légitime, en passe d'atteindre ses principaux objectifs, n'a pas vocation à durer éternellement mais doit permettre de passer le relais dans de bonnes conditions aux forces de maintien de la paix de l'ONU, et de sécuriser leur présence future par une garantie d'intervention en dernier ressort.

Le groupe « Sahel » formule toutefois des recommandations pour les semaines et mois à venir :

- Le principal risque aujourd'hui est celui d'un enlisement du processus politique malien et d'une absence de réconciliation. Ce serait pour la France et la communauté internationale le pire des scénarios. Le processus politique doit être vigoureusement soutenu par la France, l'Union européenne et l'ONU ;

- En particulier, le zèle des autorités maliennes à promouvoir une véritable réconciliation Nord-Sud n'est pas totalement avéré. Or, il conditionne à long terme le succès de la lutte contre le terrorisme. La lutte contre l'impunité et la réconciliation avec le Nord doivent être les deux piliers qui permettront de refonder le pacte national malien. La commission « Dialogue et réconciliation » doit commencer à travailler. Il faut retisser les fils rompus du dialogue. La question de Kidal et celle du massacre d'Aguelhoc sont deux points de fixation qui doivent recevoir un traitement particulièrement attentif ;

- L'Etat malien est à reconstruire : armée, forces de sécurité, justice, administration au Nord. De cet effort, ce pays n'a pas les moyens sans l'aide de la communauté internationale. Il faudra en tirer les conséquences notamment en termes d'aide publique au développement ;

- Les facteurs de fragilité qui ont conduit à l'effondrement du Mali sont partagés par plusieurs États de la région. La réflexion pour lutter contre les défis de long terme doit engager l'Union européenne et englober l'ensemble du Sahel (au minimum Mali, Mauritanie, Niger) et s'attaquer aux causes structurelles (trafic de drogue, problèmes de gouvernance, sous-développement économique...) ;

- Les intérêts français continueront d'être menacés dans une région dont l'instabilité sera sans doute la marque pour un long moment, autour de nouvelles zones « molles » comme le Sud Libyen ou le Nord Niger. Les efforts de protection de nos communautés et de nos implantations diplomatiques doivent être renforcés. Le diagnostic est fait, les moyens sont attendus ;

- Les zones « rouges », interdites, dans les Conseils aux voyageurs, posent la question de la présence des acteurs du développement et du maintien des activités touristiques dans certains endroits où ce maintien est économiquement vital mais où la montée des menaces doit être prise en compte. La pertinence de la création d'un nouveau niveau d'alerte, intermédiaire entre « jaune » (vigilance normale) et « orange » (déconseillé) doit être expertisée. Elle permettrait peut-être de mieux concilier impératifs de sécurité et de développement ;

- La solidarité européenne s'est trouvée réduite aux acquêts, puisqu'en dehors de l'appui bilatéral réel de certains États membres (Royaume-Uni, Belgique, Danemark...) notamment pour le transport logistique, même la génération de force des formateurs européens de l'armée malienne s'est faite dans la douleur. Le Conseil européen de décembre 2013, consacré à la défense, devra poser la question de la volonté politique. Pour l'heure, il est permis de poser la question du partage de l'effort, notamment financier, pour la prise en charge des intérêts stratégiques européens en Afrique de l'Ouest ;

- La reprise de l'aide au développement, enjeu de la Conférence du 15 mai, pose quatre questions : comment mettre en oeuvre une approche globale qui permette de gagner la paix après avoir gagné la guerre ? Le dispositif français d'aide publique au développement est-il toujours adapté aux pays très pauvres du Sahel ? Quelle est la capacité des partenaires maliens, et plus globalement sahéliens, à absorber l'aide internationale ? Quel équilibre politique trouver entre aide au développement au nord et au sud du Mali ?;

- Les architectures de sécurité régionales (CEDEAO, force en attente de l'Union Africaine, état-major conjoint EMOC...) n'ont pas été en mesure de faire face seules à la menace. Une réflexion doit être menée sur leur renforcement, suivant des modalités qui permettront d'associer l'Algérie, état central pour la résolution de toute crise sécuritaire dans la région sahélienne ;

- Serval, qui a montré la grande compétence des forces armées, a aussi montré les limites de notre appareil de défense, aujourd'hui préservé d'arbitrages budgétaires potentiellement dévastateurs par les arbitrages du Président de la République tendant à maintenir en 2014 le même niveau de crédits qu'en 2013 (31,4 milliards d'euros). Dans un contexte où la menace n'a pas faibli, il semble plus que jamais nécessaire de préserver notre liberté d'action et notre souveraineté, en maintenant l'effort budgétaire pour la défense nationale ;

- Une réflexion complémentaire doit être lancée sur nos forces pré positionnées en Afrique : le Livre blanc de 2008 programmait un rétrécissement qui n'aurait pas permis, s'il avait été totalement mis en oeuvre, d'intervenir au Mali dans les mêmes conditions. Le Livre blanc 2013 devrait traiter cet enjeu. Comment résister à la « tentation du hors sol », poussée par la contrainte budgétaire ? Faut-il rééquilibrer vers l'ouest nos points d'appui africains, faut-il aller vers des « empreintes légères », faut-il mieux les articuler avec les architectures de sécurité africaines ? ;

- Il faut examiner attentivement les résultats de notre coopération militaire structurelle : l'attrition de ses moyens est-elle la cause de son relatif manque de résultats ?

- Les conséquences de l'opération au Mali devront être tirées sur le plan de notre politique africaine, désormais reformulée autour de deux concepts (européanisation et africanisation) qui n'ont pas démontré, en l'espèce, toute leur solidité ;

- Il semble de plus en plus s'opérer un « couplage », via la contagion du terrorisme et du radicalisme religieux, entre Maghreb, Machrek, Moyen-Orient et Afrique sub-saharienne. Une vision d'ensemble est nécessaire : il faut introduire de la cohérence, dans notre approche, face au continuum que peut représenter, dans une certaine mesure, l'islamisme politique, les différents courants salafistes et le « djihadisme » armé, (entendu comme l'action des groupes terroristes), dressé contre nos intérêts. Au djihadisme armé, il ne peut être répondu qu'au plan militaire, où il se place lui-même. Pour le reste, il faut distinguer entre l'islam et l'islam politique, qui détourne la religion à des fins politiques, pour bâtir un modèle de société où les valeurs républicaines (alternance démocratique, égalité hommes-femmes, etc...) ne trouvent pas forcément leur compte. Il est indispensable d'approfondir nos analyses sur les changements politiques dans le monde arabo-musulman.