Allez au contenu, Allez à la navigation

Sur le réseau de l'enseignement français à l'étranger

25 juillet 2018 : sur le réseau de l'enseignement français à l'étranger ( rapport d'information )

B. LE RÔLE COMPLÉMENTAIRE MAIS NON NÉGLIGEABLE DES ACTEURS ASSOCIATIFS

1. La Mission laïque française (MLF)

La Mission laïque française (MLF) est une association à but non lucratif soumise à la loi de 1901, qui a été reconnue d'utilité publique depuis 1907. Ayant pour principe « deux cultures, trois langues », elle s'inscrit dans le réseau de l'enseignement français à l'étranger tout en mettant l'accent sur l'apprentissage des cultures locales. Implantée aujourd'hui dans 39 pays et scolarisant près de 50 000 élèves (dont 81 % ne sont pas de nationalité française), elle s'est historiquement développée autour du bassin méditerranéen, ce qui explique sa présence majeure au Liban (qui concentre 22 % de ses effectifs en 2017) et au Maroc (15 % de ses effectifs). En 2018, elle comptait 110 établissements, répartis selon trois statuts2(*) :

les établissements en pleine responsabilité (EPR). On compte 35 EPR en 2016, dont 10 en Espagne et 5 au Liban. Ils bénéficient d'environ 200 personnels détachés du ministère de l'éducation nationale (enseignants et personnels administratifs compris) ;

les écoles d'entreprise, fondées à la demande des familles expatriées, financées par des entreprises françaises ou étrangères implantées localement. Ces écoles sont temporaires puisqu'elles dépendent des besoins en personnels expatriés des entreprises. Par exemple, en 2017 l'école « Renault Do Brasil - MLF » a fermé ses portes après que la filiale brésilienne de Renault a réduit son activité industrielle en raison de l'effondrement du marché automobile sur le continent américain. En 2018, le réseau de la MLF comptait 21 écoles d'entreprises scolarisant près de 2 800 élèves ;

les établissements partenaires, qui suivent le même modèle que les établissements partenaires de l'AEFE. Au nombre de 53 en 2018, ils sont administrés par des organismes gestionnaires privés, mais la MLF assure des prestations dites « d'ingénierie pédagogique » telles que l'aide au recrutement des enseignants ou l'organisation de la structure pédagogique.

Depuis 2006, le réseau de la MLF a enregistré une forte croissance avec 29 établissements supplémentaires et une augmentation de 82 % des effectifs scolarisés3(*). Près des deux tiers des effectifs sont scolarisés en maternelle et au primaire. Comme le directeur général de la MLF l'a indiqué à vos rapporteurs, en tant qu'association, la MLF est exclusivement financée par les frais de scolarité perçus par son réseau d'établissements.

Le réseau de la MLF est intégré à celui de l'AEFE étant donné que la quasi-totalité des établissements de la MLF sont homologués par la DGESCO, et 8 établissements ont même le statut d'établissements « conventionnés » de l'AEFE. Les deux opérateurs ont d'ailleurs passé un protocole d'entente en 2010 pour la gestion des établissements de la MLF qui ont intégré le réseau de l'AEFE. À l'échelle locale, les deux réseaux semblent complémentaires. Le rapport de François Perret, directeur de la MLF, rédigé en 2015, relève par exemple un réel partage des tâches entre le réseau AEFE et le réseau de la MLF en Espagne : « Si les conventionnés ont une population plus équilibrée, (...) ceux de la MLF (...) sont d'abord des établissements « pour » un public espagnol : plus exposés à la concurrence des établissements internationaux et des écoles privées espagnoles, nécessairement attentifs aux demandes de ce public, ils doivent conduire des stratégies un peu différentes en matière pédagogique, financière ou de communication »4(*). De plus, la MLF est mise à contribution par le MEAE pour fonder des partenariats pédagogiques dans des régions en crise ou politiquement délicates. Ainsi depuis 2009, la MLF a lancé un dispositif d'assistance aux lycées Esteqlal et Malalaï de Kaboul dans le cadre d'un accord franco-afghan.

2. Les autres opérateurs associatifs

D'autres associations assurent également la gestion d'établissements français à l'étranger, tels que :

l'association Franco-libanaise pour l'éducation et la culture (AFLEC). Association « loi 1901 », l'AFLEC assure la gestion de six établissements au Liban et aux Émirats arabes unis, dont cinq sont des établissements partenaires de l'AEFE ;

l'alliance Israélite Universelle (AIU). Association fondée en 1860, l'AIU est une structure confessionnelle visant à promouvoir la culture juive dans l'enseignement à l'étranger. Elle est principalement implantée en Israël, Canada, Maroc, Suisse et Espagne. Elle dispose d'une quarantaine d'établissements, dont cinq sont homologués par la DGESCO.


* 2 D'après les données transmises par la MLF

* 3 D'après le rapport d'activité 2016-2017

* 4 Rapport de François Perret pour la MLF, « Quel avenir pour l'enseignement français en Europe ? - Allemagne, Espagne, Italie, Royaume-Uni », 2015.