Allez au contenu, Allez à la navigation

 


Retour Sommaire Suite

Alexandre Le Rouvillois

*

Il est sain que l'institution publique s'intéresse ainsi au sujet, car d'un réseau initialement coopératif, nous glissons vers un réseau lucratif, envahi par les marchands du temple. Or un tel réseau ouvert, ingouvernable, doit à tout prix échapper au mercantilisme. Internet peut être un outil, et seulement un outil, dans la création de nouveaux rapports entre les personnes, non plus fondés sur la valeur marchande mais sur la valeur d'échange. L'Etat doit donc montrer la voie. Et faciliter, tant que faire se peut, l'accès du plus grand nombre à ce réseau. On peut toutefois douter de la réussite de la démarche, car l'Etat ne sait déjà gérer l'Ecole que comme un instrument de sélection. L'initiative du Sénateur Trégouet est emblématique de l'aspect dynamique, collectif et non-institutionnel des échanges sur le Réseau. Vive l'Initiative ! Vive la Responsabilisation !

Campagnolle Laurent

*

Tout d'abord, bravo pour votre site. On peut constater que la France comble son retard mais il reste encore beaucoup a faire et il ne faudrait pas se contenter de suivre sans innover. Il est indispensable de faire entrer Internet dans la vie quotidienne des français comme l'a fait si bien le Minitel (simple ...mais cher). On peut laisser le secteur marchand se développer de lui-même. En revanche, je suggère a l'éducation nationale de mettre en ligne des sites de télé- enseignement dans tout les domaines de la connaissance, accessibles a tous, donc simple à utiliser et gratuit.

Merci. Frédéric, étudiant.

Frédéric Cogne

*

Disposant d'Internet à titre professionnel depuis quelques mois, je suis convaincue de la puissance de cet outil. J'ai navigué sur votre site très intéressant, mais particulièrement élitiste, comme si cette nouvelle technologie ne s'adressait qu'au monde des initiés par la culture et/ou les moyens financiers. Quelques remarques : Professionnellement, nous sommes " flicqués " lorsque nous utilisons INTERNET (temps de connexion, serveur) alors que le coût est le même que l'on se connecte ou non (forfait annuel) Je travaille dans une grande administration " technique " française. Je viens d'acquérir un micro multimédia (12 000 F) : avec un époux chômeur, il est évident que je n'ai pas le moyen de m'offrir une connexion : carte, modem, abonnement, prix prohibitif des communications locales. J'ai été personnellement interpellé par le chapitre AUDITION du site où ne sont auditionnés que les " professionnels ", comme si le WEB était un domaine réservé excluant (= exclus) les citoyens ordinaires. Comment peut on envisager de rattraper le " retard " français dans les nouvelles technologies de l'information, si plus de trois millions d'exclus (chômeurs, RMISTE, jeunes sans emplois) ne peuvent même pas se permettre d'utiliser le téléphone !

Retour Sommaire Suite