Allez au contenu, Allez à la navigation

 


Retour Sommaire Suite

Armelle Mercier

*

Démocratiser Internet est une nécessite. Nous avons encore beaucoup de retard et le seul moyen de le combler est la gratuite de la communication locale comme dans la plupart des Etats des USA. A partir de ce moment, Internet connaîtra une vrai dynamique et le manque a gagner pour les opérateurs devrait se rattraper sur les communications des entreprises qui, elle, gagne de l'argent grâce au téléphone et qui peuvent donc soutenir un léger surcout des communications.

Yves Bernard

*

Il est toujours agréable d'être consulté. La difficulté est de comprendre l'usage qui sera fait de cette consultation, ce qu'elle apportera.

Question numéro 1 : Est-ce bien le rôle du gouvernement de légiférer sur Internet alors qu'il s'agit bien évidement d'intérêts privés (constructeurs, opérateurs, entreprises, particuliers), et qu'une bonne éducation informatique des français aurait présenté une donne différente de l'offre et de la demande.

Question numéro 2 : Pourquoi ce brusque virage après avoir défendu mordicus le combat d'arrière garde nommé MINITEL ?

Question numéro 3 : Démocratiser Internet, c'est bien mais qui fait quoi avec Internet. ? qui sait faire quoi avec Internet ?, qui a besoin de quoi sur Internet ?. qui propose quoi sur Internet, et pour quel prix ? Les réponses à ces questions s'appellent un marché, et quand un marché est porteur, il se développe seul.

Question 4 : Quels seront vos moyens pour faire appliquer les préconisations issues de cette consultation ?. Allez vous obliger les français à disposer d'un ordinateur pour se connecter une heure par jour ?

Pierre-Yves DUCAS

*

Nous ne pouvons qu'applaudir à une telle initiative. Il est plus que temps que le gouvernement français s'implique dans ce domaine d'envergure internationale. Le français prendre la place qui lui revient sur le W3. La France a un rôle de premier plan à y jouer. Il faut rendre accessible l'Internet au plus grand nombre possible de gens.

Yves Lefebvre

*

Monsieur le sénateur, je suis enchanté d'avoir fait votre connaissance à l'Arche, c'est une des rares fois ou j'entend le discours d'un homme politique aussi intelligemment positif.

Personnellement je travaille sur ce sujet depuis 1989, chef de projet dans une grosse administration, il n'est pas facile d'être pionnier, mais quelle satisfaction d'avoir eu des idées justes.

Techniquement la France n'est pas en retard dans ces domaines des nouvelles technologies, elle est même en avance mais peu de gens le savent et ceux qui savent ont bien du mal à se faire entendre pour des raisons qui relèvent d'un autre débat. Vous indiquez " Une crainte s'exprime également sur l'effet de ces nouvelles technologies sur le développement du chômage et de l'exclusion " Rien n'est plus facile de démontrer le contraire : Utilisons les NTIC pour loger, nourrir, réinsérer et redonner de la dignité aux SDF et aux Français, cela créera des emplois, obligera l'administration a délivrer l'information utile, coordonnera l'action des associations qui ne manquent ni de solutions ni de bonnes volontés à défaut de cohésion, voila un beau projet national qui, avec une bonne volonté politique, une maîtrise d'ouvrage intelligente et une maîtrise d'oeuvre compétente devrait porter ses fruits rapidement.

Les ressources ne manquent pas en France si on dénombre les chômeurs, les logements vides, les terres en jachère, et les villages abandonnés. Cette action peu onéreuse au regard des retours d'investissement devrait provoquer le choc psychologique nécessaire à une prise de conscience collective en faveur des NTIC. Parallèlement d'autres projets pourraient favoriser l'information des citoyens, dans les différents domaines sensibles tels que l'éducation, la justice, l'administration, pour les aider, pas pour les piéger comme ont on en a le sentiment actuellement, du fait de la complexité croissante et du manque de transparence. Le développement des entreprises toujours par la diffusion d'informations utiles et d'aides en ligne efficaces, mais dans ce domaine les suggestions ne manques pas. YAKA (yaka-france.fr) voila encore un beau projet à soutenir.

Retour Sommaire Suite