Allez au contenu, Allez à la navigation

 


Retour Sommaire Suite

Gaudron Marcel

*

Monsieur le Sénateur, chers lecteurs, La majorité des personnes qui ont visité ce site ont apprécié cette initiative qui est une parfaite illustration de ce que peut représenter le nouvel outil INTERNET. Je pense avoir trouvé en résumé dans ce livre d'or toutes les attentes des français qui souhaitent avancer et être au rendez-vous du prochain siècle qui s'ouvrira sur une nouvelle ère, celle de l'industrie de la Communication.

Par nos initiatives respectives plus ou moins modestes, nous participons à l'écriture des pages de l'histoire de l'Internet en France comme au début du cinéma, de la télévision où encore plus proche de nous des radios libres.

Dans notre métier nous mettons tout en oeuvre pour faire grossir le rang des " internautes ", expliquer aux différents chefs d'entreprise les avantages du Web ou de Intranet'. Mais même si pour toutes les raisons qui ont étés invoquées sur ce site la tâche n'est pas facile, l'Internet remporte des victoires tous les jours. Nos grands parents ont refusé l'informatique, elle est aujourd'hui présente partout, aidons l'Internet.

Stéphane Sésé

Monsieur le sénateur, votre site est remarquable et votre mission est d'intérêt public. Internet n'est pas un gadget, mais un nouveau moyen de communication (pas si nouveau puisque créé en 1969 sous le nom d'Arpanet).

Le retard de la France dans le domaine doit être comblé rapidement, au plus grand bénéfice de la francophonie. Pour cela il faut que les chefs d'entreprises comprennent les intérêts qu'ils peuvent y trouver. Il faut également que les opérateurs de télécommunications proposent des modes de tarification mieux adaptés.

Philippe LEROI

*

Monsieur le Sénateur, Le sujet est passionnant, et voilà bien la première difficulté : dépassionner le débat tout en l'élargissant au problème global du retard français en matière de systèmes d'information.

Philippe Bergelin

*

Monsieur le Sénateur, Expert français indépendant auprès de la Commission européenne, je ne puis que vous féliciter pour cette initiative qui permet de banaliser les autoroutes de l'information. Le commentaire que je peux faire sur la situation actuelle est que la France qui était très en avance avec le minitel devient très en retard dans le domaine des services marchands et non marchands. Je pense qu'un effort très important dans le domaine des autoroutes de l'information doit être fourni par les plus hautes autorités de l'Etat. Il n'est pas encore trop tard !

Retour Sommaire Suite