Allez au contenu, Allez à la navigation

 


Retour Sommaire Suite

Nudick

*

Votre initiative est excellence. Elle démontre par le concret qu'Internet peut constituer un outil pertinent d'expression démocratique. J'en parlerai dans les forums que je fréquente 

Jean TERS

*

Bravo pour cette initiative, maintenant il faut transformer car la francophonie doit se maintenir à travers le WEB

Jacques Tinchant

*

Félicitations pour ce site. Je suis venu... je reviendrai. En tant que créateur d'entreprise dans l'informatique je suis doublement concerné (producteur et consommateur) par le sujet d'Internet. Cette mission est une bonne initiative et connaissant la motivation et l'implication du sénateur TREGOUET dans ses actions, nul doute que cette consultation aboutira à des idées neuves et des chantiers intéressants !!. A très bientôt.

Christophe GUILLARME

*

*

J'aurais bien voulu faire d'Internet mon métier, mais hélas après mon passage dans trois écoles différentes (un IUT, une école d'ing et la fac) je suis bien oblige de constater qu'il n'existe pas de formations pour Internet. Pas de cours de HTML, de design ou de normalisation... RIEN Internet c'est de l'autoformation, mais quand on est étudiant on a pas de temps libre, alors petit a petit la motivation baisse et l'intérêt s'estompe. Quel dommage ! Je suis maintenant trop vieux pour changer encore d'école et personne ne semble s'intéresser a mon travail. Il devient donc très urgent de former des profs, mais pas des matheux comme ceux qu'on supporte en fac, moi je parle de gens compétents, de personnes qui comprennent ce qu'est Internet, des personnes capables d'évolués avec les NTIC. Et qu'on ne me parle pas d'argent, j'ai vu des 100KF partir dans du matériel qui a fini dans un placard ou dans un bureau de prof (et ce encore cette année).

LORRAIN FRED

*

Un des principaux problèmes que rencontre Internet chez nous est son coût. L'existence de fournisseurs d'accès payants est déjà dommageable, bien que nécessaire, sans doute, tout le monde ne pouvant bénéficier d'un raccord au serveur d'une entreprise ou d'une université. Mais le pire est certainement le coût des communications téléphoniques. Il ne faut pas chercher ailleurs le succès d'Internet aux Etats-Unis: ce facteur financier y est inexistant. Les universités bénéficient déjà de raccords non téléphoniques; pourquoi ne pas étendre cette possibilité au plus grand nombre ? Via le câble, par exemple. Ou via la gratuité des appels locaux, sur le téléphone, comme dans certains pays... Merci de vous en préoccuper !

Retour Sommaire Suite