Allez au contenu, Allez à la navigation

Séance du 14 mai 2019 (compte rendu intégral des débats)

M. Olivier Jacquin. Je veux vous parler, mes chers collègues, d’Anthony, salarié sur mon exploitation agricole. Anthony est intelligent, mais il s’est fait massacrer par le système scolaire. Il est arrivé à la ferme totalement dévalorisé, exerçant une profession qu’on lui avait mise dans les mains et qui ne lui plaisait pas. Il n’a pas véritablement choisi son orientation.

Mon associé et moi-même avons détecté tout le potentiel d’Anthony, qui a l’intelligence de la main, une intelligence intuitive du travail bien fait, qu’il apprécie. Il s’est ainsi pleinement épanoui.

C’est pourquoi je soutiens vigoureusement l’amendement de Mme Préville. Il me semble possible de mieux valoriser les jeunes Français, quelles que soient leurs aptitudes innées. Monsieur le rapporteur, après l’explication intéressante de M. le ministre, quelle est désormais votre position sur cet amendement, qui tend à introduire plus d’égalité dans notre République en favorisant également l’éducation manuelle ?

Mme la présidente. La parole est à Mme Pascale Bories, pour explication de vote.

Mme Pascale Bories. Je suis moi aussi favorable à cet amendement, car nous devons favoriser le travail manuel. Nous devons également encourager les vocations professionnelles futures dans ce domaine-là. Ma génération a connu les cours d’éducation manuelle. Il s’agit d’un apprentissage nécessaire et il importe de le développer. Il est essentiel de trouver enfin une corrélation entre les vocations et des chefs d’entreprise qui cherchent désespérément du personnel dans le secteur manuel. Cela doit passer par la passion du travail manuel qu’il convient de développer dès le primaire et dans le secondaire.

Mme la présidente. Je mets aux voix l’amendement n° 388 rectifié ter.

(Lamendement est adopté.) (Applaudissements sur les travées du groupe socialiste et républicain et du groupe communiste républicain citoyen et écologiste.)

Mme la présidente. Je mets aux voix l’article 1er bis EA, modifié.

(Larticle 1er bis EA est adopté.)

Article 1er bis EA (nouveau)
Dossier législatif : projet de loi pour une école de la confiance
Article 1er bis E (interruption de la discussion)

Article 1er bis E

(Supprimé)

Mme la présidente. Mes chers collègues, nous avons examiné 43 amendements au cours de la journée ; il en reste 351.

La suite de la discussion est renvoyée à la prochaine séance.

Article 1er bis E (début)
Dossier législatif : projet de loi pour une école de la confiance
Discussion générale

11

Adoption des conclusions de la conférence des présidents

Mme la présidente. Je n’ai été saisie d’aucune observation sur les conclusions de la conférence des présidents.

Elles sont donc adoptées.

12

Ordre du jour

Mme la présidente. Voici quel sera l’ordre du jour de la prochaine séance publique, précédemment fixée à aujourd’hui, mercredi 15 mai 2019, à quatorze heures trente et le soir :

Suite du projet de loi, adopté par l’Assemblée nationale après engagement de la procédure accélérée, pour une école de la confiance (texte de la commission n° 474, 2018-2019).

Personne ne demande la parole ?…

La séance est levée.

(La séance est levée le mercredi 15 mai 2019, à zéro heure trente.)

Direction des comptes rendus

ÉTIENNE BOULENGER