Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Retour Sommaire Suite

Questions de la salle

Serge RASLOVLEFF, Directeur des affaires internationales bilatérales de Pechiney

 

Pensez-vous qu'il existe un risque que la Chine considère la Mongolie comme un lieu naturel d'expansion ?

 

Jacques-Olivier MANENT

 

Il existe une méfiance historique et culturelle des Mongols à l'égard des Chinois. Il est d'ailleurs inimaginable de passer par un intermédiaire Chinois basé à Pékin pour intervenir en Mongolie. Le gouvernement mongol a laissé entendre que les considérations politiques seraient prises en compte lors des opérations de privatisation. Le risque d'une reprise en main de l'économie mongole par la Chine semble donc écarté. Enfin, les autorités chinoises sont tout à fait conscientes qu'il ne faut pas dépasser un certain stade, dès lors que la présence de la Chine dans le commerce extérieur de la Mongolie est déjà considérable.

 

Hubert DURAND-CHASTEL, Sénateur

 

Vous avez soulevé les difficultés rencontrées pour trouver des locaux à Oulan Bator. Pour ce qui concerne l'installation de l'Ambassade de France, je suggère le recours au crédit-bail, comme la loi française l'autorise.

 

Jacques-Olivier MANENT

 

Il a finalement été décidé de recourir à la location. L'acquisition d'un immeuble aurait inutilement grevé le budget. Je souligne néanmoins que l'ambassade existe depuis six ans à Oulan-Bator, et que mes collègues allemands ou britanniques envient notre système d'ambassadeur itinérant. Celui-ci peut en effet rencontrer les personnes appropriées au sein des administrations ou des entreprises, que ce soit à Paris ou à Bruxelles.

 

Emmanuel MONGON, Président d'Imaginvest

 

Le tourisme est-il en train de se développer en Mongolie ?

 

Jacques-Oliver MANENT

 

Le tourisme fait partie des priorités d'investissement et représente un réel potentiel. Avec près de 3 000 visiteurs, le nombre de touristes français est le plus important des pays occidentaux. Mais il ne faut pas s'attendre à l'apparition d'un tourisme de masse. La Mongolie ne doit pas commettre l'erreur de construire des infrastructures lourdes, mais au contraire faire de son territoire une réserve mondiale préservée, et se focaliser sur l'écotourisme.

 

Jean-Yves LE MOING, Directeur commercial de Definox

 

Comment la collecte laitière est-elle organisée en Mongolie ? Nous sommes en mesure de construire une usine, mais la matière première nous manque.

 

Jacques-Olivier MANENT

 

La collecte du lait n'est plus du tout organisée comme au temps de la planification, où elle était assurée auprès des nomades. Il subsiste un mode de collecte artisanal, mais les éleveurs ne livrent pas toujours leur lait à la coopérative. Par ailleurs, les capacités de conditionnement et de production de longue durée étant inexistantes, on trouve essentiellement du lait en carton en provenance de Russie. A cela s'ajoute le changement des habitudes alimentaires des citadins. Le secteur est donc complètement sinistré, et nécessite une reprise en main.

 

Retour Sommaire Suite