Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Retour Sommaire Suite

Les financements de la Banque asiatique de développement
et de la Banque mondiale

Hervé JEVARDAT
Responsable des appels d'offres
et des projets internationaux Asie-Océanie, CFCE

I. Rappel des financements accordés à la Mongolie

La Mongolie est membre de la Banque mondiale et de la Banque asiatique de développement depuis 1991, date de son retrait de la sphère d'influence soviétique.

 

Selon moi, et au risque de ne pas paraître « politiquement correct », les responsables des deux institutions ont tenté d'orienter la Mongolie vers ses voisins immédiats et ses alliés traditionnels d'Asie centrale, l'enclavement du pays et sa pauvreté ayant contribué à renforcer ce choix.

 

Dans ce cadre, la Mongolie a bénéficié d'un programme de développement du fleuve Tumen, afin d'autoriser un accès à la Mer jaune.

 

La Banque asiatique de développement encourage la coopération avec les républiques d'Asie centrale qui partagent avec la Mongolie le massif de l'Altay. Elle finance également les axes routiers qui relient l'Europe et la Chine.

 

En ce qui concerne la Banque mondiale, la Mongolie est éligible aux financements de l'AID, ainsi que de ceux de la SFI.

 

Le volume annuel des engagements de prêts de la Banque mondiale atteint environ 30 millions de dollars, contre environ 40 millions de dollars pour la Banque asiatique de développement.

 

La Banque asiatique de développement a considéré le financement de l'essor économique de la Mongolie, au même titre que celui des républiques d'Asie centrale aujourd'hui, comme un défi. En effet, la modernisation de l'appareil de production et des structures fait appel à des connaissances détenues par les pays de l'ex-COMECON. Or la Banque asiatique de développement exige que les produits et les équipements des projets qu'elle finance soient produits parmi ses membres, ce qui n'est par exemple pas le cas de la Russie.

II. Les projets en cours
Banque mondiale

 

· Projet Energie, axé sur la distribution.

· Projet de développement des transports (construction de routes et sécurisation du réseau ferroviaire).

· Projet de développement durable des moyens de subsistance (achats d'équipements agricoles et d'appareils de prévisions météorologiques).

Banque asiatique de développement

 

· Développement intégré des services urbains basiques dans les villes de province (réseaux d'adduction et d'assainissement, chauffage urbain, traitement et collecte des ordures).

· Développement de l'emploi des handicapés (achat d'équipements pour faciliter l'accès au monde du travail).

· Deuxième projet de développement de l'enseignement (rénovation d'écoles, achat de matériel pédagogique).

JBIC

 

· Seconde phase de la remise en état de la quatrième centrale thermique.

III. Les projets en voie d'élaboration

Banque mondiale

 

· Deuxième projet d'amélioration des services urbains d'Oulan-Bator (amélioration des réseaux d'adduction et d'assainissement, création d'agences de l'eau) ;

Banque asiatique de développement

 

· Aide technique en comptabilité et gestion financière, afin de permettre une adaptation aux normes internationales ;

· Deuxième projet de développement du secteur de la santé.

Au CFCE, nous suivons dans tous les pays les financements des banques de développement multilatérales et bilatérales. Une base de données importante est consultable sur notre site Internet ( www.ubifrance.fr). Par ailleurs, nous proposons des veilles sur mesure ainsi que des lettres-projets géographiques. Agnès GABORIT Je vous remercie de nous avoir livré ces éléments concrets.

 

Retour Sommaire Suite