Allez au contenu, Allez à la navigation

Cérémomie de commémoration du 8 mai 1945

9e législature

Question écrite n° 15473 de M. Henri Belcour (Corrèze - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 06/06/1991 - page 1139

M. Henri Belcour appelle l'attention de M. le secrétaire d'Etat aux anciens combattants sur le message adressé à chaque maire par le Gouvernement et destiné à être lu lors des cérémonies de commémoration du 8 mai 1945. Dans ce texte est rappelé le serment de Koufra, mais sans pour autant citer, ne serait-ce qu'une seule fois, le nom du Général de Gaulle. Les cérémonies du 8 mai sont certes un hommage à tous ceux qui ont répondu à l'appel du Général de Gaulle le 18 juin 1940, mais aussi à tous ceux qui ont perdu la vie que ce soit sur les champs de bataille, devant le peloton d'exécution ou en déportation, pour la libération de notre pays. Il s'étonne de cette omission et souhaite que lors de chaque commémoration du conflit 39-45 auquel tant de nos concitoyens ont participé, soit rappelée la mémoire du chef de la France libre.



Réponse du ministère : Anciens combattants

publiée dans le JO Sénat du 31/10/1991 - page 2416

Réponse. - Le message du 8 mai adressé par le secrétaire d'Etat aux anciens combattants et victimes de guerre ne doit pas être un pur exercice de style, animé de bonnes intentions, mais au contraire l'expression d'un temps fort de la mémoire. C'est pourquoi le message du 8 mai 1991 s'est inscrit dans le cadre de la commémoration des combats de la Résistance et de la France libre, notamment le combat de Koufra et le serment du général Leclerc. Il n'est pas dans l'intention de qui que ce soit et certes pas dans celle du secrétaire d'Etat aux anciens combattants et victimes de guerre de tenter de diminuer la place du général de Gaulle dans notre Histoire. Il faut d'ailleurs rappeler qu'en 1990 les commémorations ont été précisément centrées sur la Bataille de France et l'Appel du général de Gaulle.