Allez au contenu, Allez à la navigation

Centre culturel français de Tripoli (Liban)

10e législature

Question écrite n° 05496 de M. André Maman (Français établis hors de France - NI)

publiée dans le JO Sénat du 31/03/1994 - page 695

M. André Maman appelle l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur la situation du Centre culturel français du Liban, à Tripoli. En effet, depuis un déménagement de locaux, motivé à l'époque par des raisons de sécurité, celui-ci n'a jamais retrouvé le rayonnement qui avait été le sien. Or Tripoli est aujourd'hui une ville en pleine mutation, qui s'affirme, tant par sa renaissance économique que culturelle (12 000 étudiants, aujourd'hui), comme la véritable capitale du nord du pays. Relégué dans des locaux exigus, éloigné du centre de la ville, le Centre culturel français de Tripoli n'a pas actuellement les moyens de l'ambitieuse politique qui devrait être la sienne dans ce sanctuaire de la francophilie que demeure le Liban. En conséquence, il lui demande si un projet immobilier, destiné à permettre au centre de fonctionner à nouveau au maximum de ses possibilités, pourrait être envisagé par ses services, afin que soit maintenue et renforcée l'indispensable présence de la France au Liban.



Réponse du ministère : Affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 08/09/1994 - page 2196

Réponse. - Le département a acquis en 1991 deux étages d'un immeuble que le centre culturel français du Liban, antenne de Tripoli, occupait depuis plusieurs années au centre de la ville. En 1992 un pose de détaché était créé à Tripoli, regroupant les fonctions de directeur de l'antenne culturelle et d'attaché linguistique, précédant ainsi la réforme en cours à la direction générale qui vise à unifier les réseaux linguistique et culturel. Notre ambassade, consciente que l'installation actuelle, qui était adaptée à une période troublée, ne répond plus aux besoins d'une ville pacifiée et en plein essor, recherche des locaux correspondant à cette nouvelle situation et à notre ambition au Liban. La présence de la langue française au Liban loin de se limiter aux 6 centres culturels passe aussi par d'importantes opérations de coopération avec l'ensemble du système éducatif libanais (formation des maîtres, jardinières d'enfants...) pour une enveloppe totale de 18 MF.