Allez au contenu, Allez à la navigation

Suppressions d'emplois à France Télécom

12e législature

Question écrite n° 21885 de M. Jean-Pierre Michel (Haute-Saône - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 02/03/2006 - page 581

M. Jean-Pierre Michel appelle l'attention de M. le ministre délégué à l'industrie à propos des suppressions d'emplois à France Télécom. En effet, 16 000 suppressions d'emplois ont été annoncées entre 2006 et 2008 alors que l'entreprise a enregistré un bénéfice de 5,7 milliards d'euros pour l'année 2005. Ces suppressions de postes conduisent à faire de l'emploi une variable d'ajustement pour l'entreprise et à privilégier une logique financière au détriment d'une véritable politique industrielle. Alors que la situation de l'emploi ne cesse de se dégrader, de telles décisions accroissent la précarité des salariés. En conséquence, il lui demande si l'Etat entend réagir face à cette évolution annoncée.



Réponse du Ministère délégué à l'industrie

publiée dans le JO Sénat du 24/08/2006 - page 2209

Lors de la publication de ses résultats annuels en février 2006, France Télécom a annoncé 22 000 départs naturels et 6 000 recrutements externes pour la période 2006-2008. Cette décroissance de 16 000 effectifs correspond à une obligation d'équilibre financier des comptes de l'entreprise. Elle concerne à la fois des salariés de droit privé et des fonctionnaires de l'ensemble des entités du groupe implantées en France. Elle s'effectuera sous forme de non-remplacements de départs et en aucun cas de licenciements. Les départs naturels résultent des départs en retraite et des congés de fin de carrière (dispositif ouvert pour dix ans depuis 1996 et qui prendra fin le 31 décembre 2006). Par ailleurs, France Télécom renforce les dispositifs d'accompagnement pour favoriser la réalisation de projets de mobilité externe (départs vers les fonctions publiques, aide à la reprise et à la création d'entreprise, projets personnels...). Ces non-remplacements s'accompagneront de changements de métiers pour plus de 10 000 personnes qui se recentreront vers des métiers prioritaires tels que la relation vers les clients.