Allez au contenu, Allez à la navigation

Sauvegarde de la Maison du Peuple de Clichy-la-Garenne

15e législature

Question écrite n° 09264 de M. Xavier Iacovelli (Hauts-de-Seine - SOCR)

publiée dans le JO Sénat du 07/03/2019 - page 1204

M. Xavier Iacovelli interroge M. le ministre de la culture sur les résultats de la mission d'analyse confiée à l'inspection des patrimoines, en septembre 2018, du projet de restauration de la Maison du Peuple et d'ajout au-dessus d'une tour destinée à accueillir des logements et un hôtel en centre-ville. Cette opération s'inscrit dans le cadre du concours « Inventons la Métropole du Grand Paris ». Si la rénovation de cet édifice protégé au titre des monuments historiques est accueillie avec satisfaction, la construction supérieure d'un bâtiment de 99 mètres de hauteur pose une problématique patrimoniale par son impact architectural sur le monument classé. Aussi il souhaite attirer l'attention sur le fait que cette seconde partie de l'ouvrage soulève de vives inquiétudes chez les riverains ainsi que chez les ayants droit des architectes, qui n'ont jamais été consultés et ont fait savoir leur opposition au projet, par courrier daté du 28 juin 2018 à la ministre de la culture, tant le programme envisagé implique une atteinte à l'intégrité du monument.
Il souhaite donc que l'étude de l'inspection des patrimoines soit rendue public. Ce projet controversé, qui fait l'objet d'un recours contentieux porté par les associations Sites & Monuments et Quartier Maison du Peuple au tribunal de Cergy-Pontoise, fait encourir le risque de dénaturer l'œuvre protégée mais aussi de fragiliser un quartier populaire soumis à une intense pression immobilière et spéculative.



Réponse du Ministère de la culture

publiée dans le JO Sénat du 30/01/2020 - page 561

Connue internationalement des historiens de l'architecture du XXe siècle, la Maison du Peuple, à Clichy-la-Garenne, a été édifiée de 1937 à 1939 par les architectes Marcel Lods et Eugène Beaudouin et les ingénieurs Jean Prouvé et Vladimir Bodiansky. Classé dès 1983 au titre des monuments historiques, l'édifice a fait l'objet d'importants travaux de restauration, cofinancés par l'État et la commune propriétaire, dans les années 1990, sous la maîtrise d'œuvre de l'architecte en chef des monuments historiques Hervé Baptiste. Ces travaux ont permis la sauvegarde du clos et du couvert et le maintien du marché au rez-de-chaussée. Ils n'ont toutefois pas permis d'achever la remise en état du bâtiment, et n'ont, notamment, pas compris la remise en état du premier étage et des dispositifs mécaniques d'origine. La commune de Clichy-la-Garenne a vu dans le concours « Inventons la Métropole du Grand Paris » l'opportunité de faire émerger un projet permettant de financer la restauration complète et la valorisation de cet important témoignage de l'architecture moderne. Dans ce cadre, la commune a envisagé de construire, à l'aplomb de la Maison du Peuple, une haute tour vouée au logement et à des équipements hôteliers. Ce projet a suscité de nombreuses réactions, au niveau national et international, d'architectes et d'historiens de l'architecture, et l'opposition des ayants droit des quatre concepteurs de la Maison du Peuple. Le ministre de la culture a fait part au président de la Métropole et au maire de Clichy-la-Garenne de sa vive préoccupation, et les services du ministère, tant au niveau central qu'au niveau déconcentré (direction régionale des affaires culturelles d'Île-de-France) ont rencontré la municipalité à plusieurs reprises, pour étudier les possibilités de faire évoluer le projet dans un sens plus favorable à la mise en valeur et au respect des proportions de la Maison du Peuple. Un rapport, commandé à l'inspection des patrimoines, a confirmé la difficulté de faire coexister l'immeuble classé et la tour projetée. Compte tenu de l'enjeu et de l'ampleur du débat suscité par ce projet, la mairie de Clichy a décidé de surseoir à toute décision, dans l'attente d'un approfondissement des réflexions. Le ministère de la culture l'accompagnera et contribuera au financement de la restauration de cet important immeuble classé, dès qu'une solution respectueuse de l'intérêt historique et architectural majeur qui a motivé sa protection aura été trouvée.