Allez au contenu, Allez à la navigation

Inquiétante baisse de la démographie médicale dans l'Ain

15e législature

Question écrite n° 10682 de M. Rachel Mazuir (Ain - SOCR)

publiée dans le JO Sénat du 30/05/2019 - page 2840

M. Rachel Mazuir appelle l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la baisse, continue depuis dix ans, de la démographie médicale dans le département de l'Ain, parmi les moins dotés en médecins et professionnels de santé au niveau national.
Ainsi, pour l'année 2017, la densité des médecins s'établit à 101,6 médecins pour 100 000 habitants (elle était de 117,6 en 2010 et 105,9 en 2016) contre 165,8 au niveau national et 162,8 au sein de la région Auvergne Rhône-Alpes.
Cette faible densité concerne aussi bien les médecins généralistes que les spécialistes - pédiatres, gynécologues, ophtalmologues… - dont la pénurie entraîne un report de la patientèle sur les premiers, déjà débordés.
L'Ain se classe ainsi à la neuvième plus faible densité au niveau national concernant les médecins généralistes et à la septième en ce qui concerne les spécialistes et ce, malgré les initiatives des collectivités territoriales ainsi que les aides conventionnelles de l'assurance maladie mises en œuvre pour inciter les spécialistes à venir s'installer.
Cette situation est d'autant plus préoccupante que l'Ain connaît une croissance démographique très dynamique avec une progression annuelle moyenne de 1,2 % depuis 2009. Le département compte quelque 635 000 habitants. Selon les projections de l'institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) l'Ain aura la troisième plus forte croissance annuelle nationale jusqu'en 2050.
Il souhaite connaître les mesures d'urgence que le ministère de la santé entend proposer pour endiguer au plus vite cette baisse de médecins et assurer l'équité d'accès aux soins pour tous.



En attente de réponse du Ministère des solidarités et de la santé.