Allez au contenu, Allez à la navigation

Naufrage et société nationale de sauvetage en mer

15e législature

Question d'actualité au gouvernement n° 0830G de M. Bruno Retailleau (Vendée - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 12/06/2019 - page 8248

M. Bruno Retailleau. Je vous remercie de votre hommage, monsieur le président.

Monsieur le Premier ministre, toute la communauté des gens de mer est en deuil. Vendredi, trois sauveteurs bénévoles de la SNSM ont trouvé la mort aux Sables-d'Olonne. Ils se sont noyés en tentant de porter secours à un marin-pêcheur en détresse. Les circonstances du drame sont désormais connues : la mer était totalement démontée. Pourtant, lorsqu'ils ont reçu le signal de détresse relayé par le Cross Étel, ils n'ont pas hésité, parce que c'est leur mission. Ces mots, François de Rugy et moi-même les avons entendus des rescapés. Ils y sont allés, parce que c'est leur raison d'être – et même de mourir, malheureusement.

Depuis que cette terre est battue par la marée sans fin de la vie et de la mort, tous ceux qui portent secours pour sauver des vies savent qu'un jour ils peuvent mourir. Mais rien n'a plus d'importance que leur devoir, accompli parfois jusqu'à l'ultime sacrifice.

Le Président de la République a décidé d'honorer ceux qui sont morts. Je pense que nous pourrions aussi honorer ceux qui restent en vie, parce qu'ils ont eu le même courage et qu'ils font partie du même équipage.

Monsieur le Premier ministre, je m'adresse non pas au chef du Gouvernement, mais à l'homme, celui qui appartient aussi à ce peuple de la mer que je connais bien, merveilleusement décrit dans le célèbre ouvrage de Marc Elder.

Devant le Sénat de la République, devant ceux qui ne sont plus, et ceux qui sont encore là, je voudrais que vous preniez un engagement, et un seul, celui de tirer toutes les leçons de ce drame lorsque le temps de la décision sera venu. (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains, du groupe Union Centriste, du groupe Les Indépendants – République et Territoires, du groupe du Rassemblement Démocratique et Social Européen, du groupe La République En Marche, ainsi que sur des travées du groupe socialiste et républicain.)



Réponse du Premier ministre

publiée dans le JO Sénat du 12/06/2019 - page 8248

M. Édouard Philippe, Premier ministre. Monsieur le président Retailleau, avant de vous répondre, je voudrais m'associer évidemment aux propos que vous avez tenus et à ceux que le président du Sénat, M. Gérard Larcher, a tenus juste avant vous.

J'exprime mon émotion, ma reconnaissance, mon admiration et mes fortes pensées aux familles des victimes, à tous ceux qui se sont engagés avec eux dans cette formidable aventure qu'est le sauvetage en mer et à tous ceux qui ont été incroyablement frappés et émus par ce drame survenu vendredi dernier.

Monsieur le président Retailleau, votre émotion bien légitime est celle d'un responsable politique et d'un citoyen français qui sait reconnaître les héros. Vous êtes ému par le sens du devoir et par le courage dont font preuve des concitoyens qui n'en attendent rien, si ce n'est le sentiment d'accomplir une mission pour laquelle ils s'engagent.

Votre émotion est accrue par le fait que vous connaissez la mer, que vous êtes élu d'un département où l'on n'ignore rien des difficultés inhérentes à la course au large et à l'activité de marins-pêcheurs, un département où l'on sait que la mer donne beaucoup et reprend parfois.

Tous les gens de mer, tous ceux qui ont grandi près de la mer, tous ceux qui l'aiment savent que rien n'est plus fort que les éléments. Lorsque le gros temps menace, il est raisonnable de ne pas se croire plus fort que les éléments.

Pourtant, même s'ils savent que c'est dangereux, trop dangereux, les sauveteurs en mer sortent sans se poser de questions. Nous l'avons tous constaté, dans des circonstances variées, et nous savons l'incroyable admiration vouée à ces hommes et ces femmes « en orange », qui passe par des gestes ou des mots sympathiques, des dons et une fidélité à ce qu'ils représentent.

Comme vous, monsieur le président Retailleau, comme nous tous, la République sait reconnaître ses héros. Je n'ai aucun doute sur le fait qu'elle saura distinguer ceux qui ont pris un risque en connaissance de cause pour servir et pour tenter de sauver un marin.

J'attire l'attention du Sénat et de la représentation parlementaire sur le fait que nous avons déjà considérablement accru l'effort budgétaire à destination de la SNSM, ce qui est juste et légitime. Toutefois, en valeur absolue, ces sommes ne sont pas très importantes. Notre modèle actuel de sauvetage en mer repose non pas sur de très fortes dotations budgétaires, mais sur le bénévolat complet et sur les dons. À la lumière de ce drame, nous devrons nous interroger sur la permanence d'un tel modèle.

Vous le savez, monsieur le président Retailleau, j'ai personnellement présidé les comités interministériels de la mer, à Brest en 2017 puis à Dunkerque en 2018. J'ai l'intention de présider celui qui se tiendra en 2019 et je propose que nous nous interrogions à cette occasion sur le modèle du sauvetage en mer : ce qu'il faut absolument préserver – je pense notamment aux valeurs et aux compétences –, mais aussi ce qu'il faut réparer ou développer. Cette question intéresse les gens de mer comme tous ceux qui, dans notre pays, savent que rien n'est plus beau que de servir ses concitoyens, comme le font les sauveteurs en mer lorsqu'ils s'engagent. (Applaudissements sur les travées du groupe La République En Marche, du groupe Les Indépendants – République et Territoires, du groupe du Rassemblement Démocratique et Social Européen, du groupe Union Centriste et du groupe Les Républicains, ainsi que sur des travées du groupe socialiste et républicain.)