Allez au contenu, Allez à la navigation

Plan canicule

15e législature

Question d'actualité au gouvernement n° 0855G de Mme Patricia Schillinger (Haut-Rhin - LaREM)

publiée dans le JO Sénat du 26/06/2019 - page 9676

Mme Patricia Schillinger. Ma question s'adresse à Mme la ministre des solidarités et de la santé.

Cette semaine, un épisode caniculaire intense et précoce s'abat sur l'Hexagone, avec des températures supérieures à quarante degrés et des ressentis encore plus élevés.

Certes, des leçons ont été tirées du tragique été 2003. Aujourd'hui, l'ensemble des ministères et des administrations se sentent concernés et ont déjà pris des mesures de prévention, qu'il s'agisse du report des épreuves du brevet, des préconisations aux entreprises, notamment dans le BTP, ou encore du recours facilité à la circulation différenciée en cas de pollution.

Pour autant, madame la ministre, à l'échelle de toute une population, les réflexes individuels et collectifs en matière de prévention ne sont pas encore automatisés, même dans l'hémicycle, où la cravate reste de mise pour mes collègues masculins… (Sourires. – Très bien ! et applaudissements sur diverses travées.)

Aussi, pourriez-vous nous détailler les principaux éléments du plan Canicule déclenché cette semaine pour ce qui concerne la prévention, notamment les publics spécifiquement ciblés par les messages de prévention, ainsi que les mesures de mobilisation prévues pour les services de santé en cas d'afflux dans les hôpitaux et dans le secteur des services à la personne ? Comment la cellule de veille est-elle déclinée ? (Applaudissements sur les travées du groupe La République En Marche.)



Réponse du Ministère des solidarités et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 26/06/2019 - page 9676

Mme Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé. Madame la sénatrice Schillinger, chaque année, je réunis au début de l'été, dès le mois de juin, l'ensemble des ministères concernés pour être certaine que le plan Canicule puisse être déployé.

Il y a dix jours donc, j'ai réuni ce groupe de travail au sein de mon ministère pour vérifier que l'ensemble des consignes étaient connues de tous. Aussi, cette semaine, dès que le territoire a été placé en vigilance orange, nous avons pu mettre en œuvre toutes les recommandations sur les différents lieux de vie.

Au titre des lieux de vie, je pense évidemment aux entreprises, notamment à celles du BTP et de la restauration, où nous souhaitons que soient mis en place des horaires aménagés et des lieux de rafraîchissement.

Nous demandons également que le télétravail soit favorisé.

Je pense également aux lieux de vie des enfants, qu'il s'agisse des crèches, qui ont reçu des consignes adaptées, ou des établissements de l'éducation nationale. Jean-Michel Blanquer a adressé toutes les recommandations nécessaires aux professeurs des écoles, mais aussi aux principaux des collèges et des lycées pour qu'ils prennent soin des jeunes et évitent que ces derniers ne soient exposés à la chaleur dans la journée.

Je pense par ailleurs aux lieux de sport. La ministre des sports a fait passer des consignes à toutes les associations sportives.

Nous travaillons également avec toutes les associations de lutte contre la précarité pour augmenter le nombre de maraudes et élargir les plages d'ouverture des centres d'hébergement de jour. Le ministre Julien Denormandie a demandé la création de places d'accueil de nuit – plusieurs centaines en région parisienne et à Lyon – pour permettre aux personnes de se rafraîchir la nuit.

Enfin, les établissements sociaux et médico-sociaux sont évidemment informés. Des plans bleus dans les Ehpad, les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, existent depuis 2003. Toutes les consignes sont très bien connues des personnels, et nous suivons chaque jour, via les agences régionales de santé, les hôpitaux qui seraient en tension, de façon à pouvoir les accompagner. Pour l'instant, nous n'avons pas reçu de signal d'alerte des établissements de santé. (Applaudissements sur les travées du groupe La République En Marche.)

M. le président. La parole est à Mme Patricia Schillinger, pour la réplique.

Mme Patricia Schillinger. Je remercie la ministre de ces précisions.

En mon nom personnel et au nom de mes collègues, permettez-moi d'avoir une pensée pour nos sapeurs-pompiers et toutes nos forces de l'ordre qui subissent cette canicule de plein fouet,…

Mme Éliane Assassi. Les urgences sont en grève !

Mme Patricia Schillinger. … mais aussi tous les maires et tous les adjoints qui œuvrent dans ce domaine. (Marques d'ironie sur les travées du groupe Les Républicains, du groupe Union Centriste, du groupe socialiste et républicain et du groupe communiste républicain citoyen et écologiste.)

M. le président. Permettez-moi, mes chers collègues, de faire un clin d'œil particulier à notre collègue Robert del Picchia (M. Robert del Picchia se lève et salue ses collègues.), qui a eu le courage de revenir parmi nous. (Applaudissements.)