Allez au contenu, Allez à la navigation

Statut des citoyens britanniques élus dans les conseils municipaux

15e législature

Question écrite n° 10714 de M. Alain Duran (Ariège - SOCR)

publiée dans le JO Sénat du 06/06/2019 - page 2924

M. Alain Duran attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur le statut des citoyens britanniques élus dans les conseils municipaux en leur qualité de ressortissants d'un État-membre de l'Union européenne.
En Ariège, onze conseillers municipaux sont de nationalité britannique.
Dans l'hypothèse où le « Brexit » serait effectif avant le renouvellement municipal de mars 2020, il voudrait savoir si ces conseillers municipaux exerceront leur mandat jusqu'à leur terme ou s'ils seront considérés comme étant démissionnaires d'office lors du départ du Royaume-Uni de l'Union européenne.



Réponse du Ministère de l'intérieur

publiée dans le JO Sénat du 17/10/2019 - page 5299

Les conseillers municipaux britanniques en fonction à la date du retrait du Royaume-Uni (environ 900 actuellement) iront au terme de leur mandat. En effet, il n'existe aucune disposition dans le code électoral permettant de démettre d'office ces conseillers municipaux, ce qu'a confirmé le Conseil d'État dans son avis rendu le 27 septembre 2018 (n° 395.915) sur le projet de loi habilitant le Gouvernement à prendre par ordonnance les mesures de préparation au retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne : « En l'absence d'une disposition législative expresse prévoyant que la perte de la qualité de membre de l'Union européenne de l'Etat dont le ressortissant relève entraîne la démission d'office de l'élu, qui ne pourrait, au surplus, résulter que d'une disposition organique, conformément aux exigences de l'article 88-3 de la Constitution, le retrait du Royaume uni de l'Union européenne n'est donc pas de nature à empêcher les élus de nationalité britannique d'aller au terme de leur actuel mandat. »