Allez au contenu, Allez à la navigation

Politique des lanceurs spatiaux

15e législature

Question écrite n° 10796 de M. Michel Vaspart (Côtes-d'Armor - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 13/06/2019 - page 3035

M. Michel Vaspart attire l'attention de Mme la ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation sur la dégradation de la politique des lanceurs spatiaux. Mêlant intérêts européens et internationaux, l'objectif est, pour la France, de ne pas dépendre d'une puissance tierce pour la mise en orbite de satellites. Pour cela, une politique spatiale européenne a vu le jour, avec le développement de la filière Ariane, en lien avec l'Agence spatiale européenne, qui lui a permis d'obtenir le leadership du marché commercial mondial pendant plus de deux décennies. Mais aujourd'hui, nous avons à faire à une compétition exacerbée entre les grandes Puissances, notamment depuis l'émergence de la société SpaceX aux États-Unis. Pour lutter contre ces nouveaux enjeux, l'Agence spatiale européenne a financé le développement du nouveau lanceur Ariane 6 en 2014, mais il ne constituait pas une réponse durable pour être compétitif sur un marché commercial en stagnation. Ariane 6 semble alors avoir besoin d'une certaine évolution provenant à la fois des pouvoirs publics français et européens. Malgré les efforts financiers et budgétaires réalisés par la France, ceux-ci semblent insuffisants comme le relève la Cour des comptes dans son rapport public annuel pour 2019. Il lui demande quelles sont les intentions du Gouvernement en matière de politique des lanceurs spatiaux.



En attente de réponse du Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation.