Allez au contenu, Allez à la navigation

Transfert de la brigade de gendarmerie de Tannay à Clamecy

15e législature

Question écrite n° 10885 de M. Patrice Joly (Nièvre - SOCR)

publiée dans le JO Sénat du 20/06/2019 - page 3148

M. Patrice Joly attire l'attention de Mme la ministre des armées sur les inquiétudes de la population nivernaise et des élus concernés, à propos du transfert de la brigade de gendarmerie de Tannay à Clamecy, qui serait remplacée par une brigade motorisée.

Un tel transfert emporterait plusieurs conséquences qui ne sont pas acceptables.

En effet, cela serait en contradiction avec la volonté de rapprocher les citoyens de la gendarmerie, avec la volonté de replacer celui-ci au cœur de l'action des forces de sécurité, et avec la volonté de rapprocher la gendarmerie au plus près des enjeux locaux.

Par ailleurs, ce transfert ne pourrait être perçu par la population que comme un retrait nouveau de services publics sur ce territoire. La distance, pour se rendre à une brigade, serait, de facto, augmentée.

Ainsi, eu égard aux inquiétudes et craintes soulevées, il souhaite connaître les perspectives précises concernant la gendarmerie de Tannay.

Transmise au Ministère de l'intérieur



Réponse du Ministère de l'intérieur

publiée dans le JO Sénat du 19/09/2019 - page 4789

Une étude est en cours sur le Nord-Nièvre pour vérifier la pertinence du schéma d'implantation des unités de la gendarmerie et vérifier si des ajustements permettraient d'améliorer l'efficacité opérationnelle sur ce territoire. Parmi les options envisagées figurent le regroupement des effectifs des brigades territoriales de Tannay et de Clamecy avec le repositionnement corrélatif à Tannay de la brigade motorisée de Clamecy. C'est ce projet que le préfet de département et les responsables locaux de la gendarmerie ont présenté aux élus le 20 juin 2019. A la suite de cette présentation, plusieurs élus ont formulé des observations qui ont ouvert des nouvelles pistes d'étude, comme par exemple les modalités d'accueil du public. A ce stade, aucune décision n'est prise. La réflexion doit se poursuivre pour adapter le maillage territorial de la gendarmerie aux particularités et aux enjeux de ce territoire et répondre ainsi à la volonté du Président de la République de rapprocher les gendarmes et les policiers des citoyens. Le nouveau commandant du groupement de gendarmerie départementale de la Nièvre, qui a pris ses fonctions le 1er août 2019, va continuer, sous l'égide du préfet de département, la concertation avec les élus concernés et synthétiser les propositions locales qui pourraient émerger avant d'être soumises à l'agrément du ministre de l'intérieur.