Allez au contenu, Allez à la navigation

Dangers de la silice cristalline

15e législature

Question écrite n° 11064 de M. Jean-Noël Guérini (Bouches-du-Rhône - RDSE)

publiée dans le JO Sénat du 27/06/2019 - page 3328

M. Jean-Noël Guérini appelle l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur les risques sanitaires encourus par les travailleurs exposés à la silice cristalline.
L'agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a publié le 22 mai 2019 les résultats de son expertise relative aux risques pour la santé des travailleurs exposés en France à la silice cristalline. Près de 365 000 travailleurs seraient exposés par inhalation à ce minéral, en particulier au quartz, dans le secteur de la construction, mais aussi de la fabrication des produits minéraux non métalliques, de la métallurgie, de la verrerie, de la chimie ou des industries extractives.
L'agence estime que 23 000 à 30 000 d'entre eux sont exposés à des niveaux excédant la valeur limite d'exposition professionnelle (VLEP) de 0,1 mg.m-3 actuellement en vigueur, et plus de 60 000 à des niveaux excédant la VLEP la plus basse proposée au niveau international établie à 0,025 mg.m-3.
Or la silice cristalline est non seulement un cancérogène avéré, mais majore le risque de développer des pathologies respiratoires (bronchopneumopathie chronique obstructive, emphysème, tuberculose) ou des maladies auto-immunes (sclérodermie systémique, lupus érythémateux systémique, polyarthrite rhumatoïde).
En conséquence, il lui demande comment elle compte protéger les travailleurs exposés à ce risque sanitaire que l'Anses qualifie de « particulièrement élevé ».

Transmise au Ministère du travail, de l'emploi et de l'insertion



En attente de réponse du Ministère du travail, de l'emploi et de l'insertion.