Allez au contenu, Allez à la navigation

Prise en charge de la maladie de Lyme

15e législature

Question écrite n° 11091 de M. Michel Vaspart (Côtes-d'Armor - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 27/06/2019 - page 3329

M. Michel Vaspart attire l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur le rapport d'information n° 453 (Sénat, 2018-2019) intitulé « Maladie de Lyme: quatre tables rondes pour comprendre » paru le 10 avril 2019.
Cette maladie est une infection bactérienne qui résulte d'une piqûre de tique. Elle touchait plus de 50 000 personnes en 2016 en France selon le rapport.
Les auditions montrent la complexité de la prise en charge des patients atteints. Obtenir un rendez-vous avec un spécialiste est long et les médecins font face à une difficulté de diagnostic. La maladie de Lyme a des symptômes cliniques polymorphes ce qui complique le diagnostic.
Par ailleurs, de nombreux médecins généralistes ne sont pas sensibilisés à cette maladie.
Il lui demande quelles mesures elle compte prendre pour la prise en charge de ces soins.



Réponse du Ministère des solidarités et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 03/10/2019 - page 5054

La direction générale de l'offre de soins et la direction générale de la santé ont procédé, par arrêté du 22 juillet 2019, à la désignation de cinq centres de référence pour les maladies vectorielles à tiques. Ces centres de référence ont pour mission d'animer le réseau de prise charge des patients, d'initier des actions de recherche clinique et d'organiser une réponse experte pour des patients en situation complexe. Les agences régionales de santé sont, quant à elles, en charge de l'identification des centres de compétence (CCMVT) sur le territoire de leur région. Ces derniers ont vocation à prendre en charge, en consultation ou en hospitalisation de jour, les patients adressés par leur médecin généraliste s'ils nécessitent un bilan approfondi. Les listes des premiers CCMVT seront connues avant la fin de l'année. La Haute autorité de santé poursuit, avec les organisations des professionnels de santé et les associations de patients, ses travaux d'actualisation des recommandations de prise en charge clinique. Une fois validées, ces recommandations seront diffusées à tous les professionnels de santé concernés. Le ministère en charge de la santé, les agences sanitaires et les agences régionales de santé sont engagés pour une meilleure prévention des maladies transmissibles par les tiques et pour une prise en charge efficace de tous les patients.