Allez au contenu, Allez à la navigation

Principe d'égalité parentale pour les enfants de couples divorcés ou séparés

15e législature

Question écrite n° 12135 de M. Daniel Gremillet (Vosges - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 05/09/2019 - page 4453

M. Daniel Gremillet interroge Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la reconnaissance du principe d'égalité parentale pour la fixation du lieu de résidence pour les enfants de couples divorcés ou séparés et sur le nécessaire partage des prestations sociales.

La loi n°2002-305 du 4 mars 2002 relative à l'autorité parentale a introduit la résidence alternée de l'enfant mineur en cas de séparation des parents.

Des mesures financières favorisent la résidence alternée : le partage des allocations familiales est prévu (articles L 521-2 et R 521-2 du code de la sécurité sociale), les APL (aide personnalisée au logement) sont versées proportionnellement aux parents exerçant la résidence alternée depuis une décision du Conseil d'État du 21 juillet 2017 rendue en application des articles L 351-3 et R 351-8 du code de la construction et de l'habitation.

En revanche, les prestations sociales ne sont pas partagées : complément familial, allocation de rentrée scolaire, allocation de soutien familial… Ainsi, la Cour de cassation a décidé, en 2017, pour le complément du libre choix du mode de garde des enfants qu'il n'y a qu'un allocataire unique.

Il en est de même pour la prise en compte de la pension alimentaire dans le calcul de la prime d'activité pour les parents séparés. Ainsi, un parent séparé percevant une pension alimentaire de son ex-conjoint, voit le montant de celle-ci pris en compte dans le calcul de ses droits à la prime d'activité. En revanche, la pension alimentaire versée par un parent séparé ne peut être déduite de ses revenus pour le calcul de ses droits à la prime d'activité, alors même qu'il ne dispose plus de cette part de revenu.

Concrètement, en cas de garde partagée avec alternance du domicile de l'enfant à égalité entre le père et la mère, il apparaît logique qu'il y ait une prise en considération de cette situation afin de pouvoir accorder le bénéfice des prestations sociales à égalité entre les deux parents.

Aussi, il lui demande de bien vouloir lui indiquer quelles sont les mesures que le Gouvernement pourrait être amené à prendre pour rétablir davantage de justice sociale pour le bien-être de l'enfant et de ses parents dans le cadre d'une séparation ou d'un divorce.



En attente de réponse du Ministère des solidarités et de la santé.