Allez au contenu, Allez à la navigation

Pension de réversion des militaires pacsés morts en opérations

15e législature

Question écrite n° 12336 de M. Mathieu Darnaud (Ardèche - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 26/09/2019 - page 4869

M. Mathieu Darnaud attire l'attention de M. le haut-commissaire, auprès de la ministre des solidarités et de la santé, chargé des retraites au sujet du non versement de la pension de réversion aux veuves et veufs des militaires pacsés morts en opérations.

Il rappelle que le premier alinéa de l'article L. 353-1 du code de la sécurité sociale dispose que les personnes ayant vécu en union libre ou ayant conclu un pacte civil de solidarité (PACS) n'ont pas droit à la pension de réversion.

Cette restriction est également prévue par l'article L. 39 du code des pensions civiles et militaires de retraite, et sa constitutionnalité a été confirmée par la décision n° 2011-155 QPC rendue le 29 juillet 2011.

Cette question pose un problème moral concernant les militaires morts en opération et de leur conjoint qui, malgré une vie conjugale avérée et des années de vie commune, se verraient refuser le bénéfice de la pension de réversion faute d'avoir opté pour un certain type d'union – à savoir le mariage.

Il souhaite donc savoir si le Gouvernement, dans le cadre des travaux qu'il mène sur une réforme de notre système de retraites qu'il ambitionne de rendre plus juste et plus équitable, entend modifier le droit en vigueur en prenant en compte la situation de ces veuves et veufs de militaires qui, malgré le décès de leur conjoint au service de la France, se trouvent exclus d'un principe éminent de notre solidarité nationale.

Transmise au Secrétariat d'État auprès de la ministre des solidarités et de la santé, chargé des retraites



En attente de réponse du Secrétariat d'État auprès de la ministre des solidarités et de la santé, chargé des retraites.