Allez au contenu, Allez à la navigation

Conséquences de l'instauration de la procédure parcoursup pour les instituts de formation en soins infirmiers

15e législature

Question écrite n° 12443 de Mme Céline Brulin (Seine-Maritime - CRCE)

publiée dans le JO Sénat du 03/10/2019 - page 4950

Mme Céline Brulin attire l'attention de Mme la ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation sur les conséquences de l'instauration du système dit parcoursup pour les instituts de formation en soins infirmiers (IFSI). Ceux-ci voient en effet leur concours d'entrée supprimé, au profit d'une sélection réalisée par ce logiciel. Or, les chiffres remontant de diverses sources, notamment syndicales, quant aux profils retenus par ce nouveau mode de sélection, font état d'une diminution de l'ordre de 2 000 personnes du nombre de bacheliers issus d'un bac en sciences et technologies de la santé et du sociale (ST2S), passant d'une moyenne de 9 000 bacheliers à 7 000 pour l'année 2019. Cette nouvelle sélection, qui s'avère donc encore plus stricte que l'ancien concours pour ces bacheliers, est d'autant plus regrettable qu'elle est synonyme d'une baisse de mixité sociale, d'un recrutement fondé sur des critères pouvant minorer la motivation des candidats et, surtout, que son ministère avait officiellement annoncé qu'il veillerait à ce que ces parcours soient valorisés dans le recrutement des IFSI. Ces chiffres interrogent donc aussi sur la place que les agences régionales de santé (ARS) pourraient occuper au sein des commissions ayant déterminé les variables pertinentes à prendre en compte dans les algorithmes de sélection, au détriment des personnels dépendant de l'enseignement supérieur.
Par ailleurs, la fin des concours d'entrée dans ces instituts a conduit à une augmentation des frais d'inscription à la charge des étudiants afin de compenser le manque à gagner que représente pour ces instituts la fin des frais de participation à ces examens d'entrée. Il est pour le moins regrettable que l'instauration de la procédure parcoursup ne se soit pas accompagnée d'une prise en charge des frais supplémentaires que celle-ci a pu causer.
Elle lui demande donc si sur ces deux points précis, son ministère compte intervenir pour limiter les effets délétères résultant directement de l'introduction de la sélection par parcoursup dans le cadre des IFSI.



En attente de réponse du Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation.