Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir des parcs nationaux

15e législature

Question écrite n° 12455 de Mme Vivette Lopez (Gard - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 03/10/2019 - page 4960

Mme Vivette Lopez attire l'attention de Mme la ministre de la transition écologique et solidaire sur les nouvelles coupures budgétaires et suppressions de postes envisagées pour les parcs nationaux qui pourraient menacer leur l'existence.
Dans les trois ans à venir, quarante postes pourraient ainsi disparaître représentant une perte de 10 % des effectifs des dix parcs métropolitains qui emploient huit cents agents. Le Gouvernement envisagerait en outre la création d'un parc, en Champagne et Bourgogne, en prévoyant d'y transférer quarante fonctionnaires exerçant dans les parcs actuels.
Cette perspective apparaît comme étant d'autant plus inquiétante que la baisse drastique des effectifs est un processus déjà entamé depuis une dizaine d'année dans les parcs nationaux et que ces suppressions de postes ne sont pas sans conséquences sur la qualité du travail fourni par les parcs et sur les conditions professionnelles des agents. Sept emplois serait ainsi menacés au parc national des Cévennes qui compte à ce jour soixante-quinze emplois alors que cet établissement a déjà contribué par un effort conséquent ces dix dernières années avec une baisse de 19 % de baisse de ses effectifs (-17,5 équivalents temps plein entre 2010 et 2018).
Pourtant, les dix parcs nationaux jouent un rôle majeur dans la préservation de la biodiversité. Ce sont des territoires sentinelles pour le suivi de la faune et de la flore terrestres et marines, mais également pour le suivi des impacts dus au réchauffement climatique. Ce sont aussi des laboratoires d'innovation pour concilier activités humaines et environnement naturel.

Elle lui demande ainsi, à l'heure où les scientifiques du monde entier tirent la sonnette d'alarme pour dénoncer l'effondrement de la biodiversité, les mesures que le Gouvernement entend prendre pour préserver ces espaces naturels d'exception.



En attente de réponse du Ministère de la transition écologique et solidaire.