Allez au contenu, Allez à la navigation

Excision en France

15e législature

Question écrite n° 12609 de M. Jean-Noël Guérini (Bouches-du-Rhône - RDSE)

publiée dans le JO Sénat du 17/10/2019 - page 5218

M. Jean-Noël Guérini appelle l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la réalité de l'excision en France.
Un article du Bulletin épidémiologique hebdomadaire n° 21 du 23 juillet 2019 de Santé publique France porte sur l' « estimation du nombre de femmes adultes ayant subi une mutilation génitale féminine vivant en France » : ce nombre a plus que doublé en dix ans, pour atteindre 125 000. Alors qu'il s'agit d'un crime, reconnu et puni comme tel par la loi française, cette recrudescence est particulièrement inquiétante. Beaucoup de victimes n'en sont pourtant pas conscientes, malgré des conséquences souvent graves (déchirures, choc post-traumatique, problèmes urinaires et sexuels à vie, stérilité, complications lors des accouchements…), pouvant aller jusqu'à entraîner la mort par hémorragie ou infection.
En conséquence, il souhaiterait que se développent des structures dédiées — comme dans les centres hospitaliers universitaires de Paris et de Marseille —, avec des professionnels formés, à même d'accueillir les femmes victimes de mutilations génitales et de leur proposer une reconstruction chirurgicale.



En attente de réponse du Ministère des solidarités et de la santé.