Allez au contenu, Allez à la navigation

Attractivité du métier de directeur d'école

15e législature

Question écrite n° 12680 de M. Antoine Lefèvre (Aisne - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 17/10/2019 - page 5208

M. Antoine Lefèvre attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse sur la nécessaire revalorisation du métier de directeur d'école. Dans sa réponse à une précédente question n° 6 813 (réponse publiée au Journal officiel des questions du Sénat du 13 décembre 2018, p. 6 434), le ministre de l'éducation nationale avait décrit les améliorations dont il estimait qu'elles avaient été apportées à la profession, et concluait : « Il n'est pas envisagé ce jour de créer un statut de personnel de direction pour les professeurs des écoles assumant cette mission. Le ministère poursuit sa réflexion pour accompagner ces personnels et simplifier l'exercice de leurs missions, dans le cadre de l'agenda social 2019 ».
Or des événements tragiques survenus fin septembre 2019 ont mis en évidence une souffrance professionnelle indéniable. En effet, une lettre posthume dénonce les dysfonctionnements de l'institution, les difficultés de gestion, la surcharge de tâches, le stress, la solitude et l'épuisement, mettant en évidence le sentiment d'abandon par la hiérarchie. L'ampleur médiatique de ce drame et les grèves qui en ont découlé obligent à une refonte du statut des directeurs d'école et à une remise en perspective de leur carrière. En cette fin 2019, l'agenda social évoqué n'a fait aucune proposition en ce sens alors même que leurs missions se sont multipliées et complexifiées. Il souhaite donc l'interroger d'une part sur les dispositifs mis en place pour prendre en charge les risques psychosociaux (RPS), d'autre part sur les mesures concrètes qui seront adoptées, en concertation avec les professionnels, les parents, pour éviter que des événements d'une telle gravité se reproduisent.



En attente de réponse du Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse.