Allez au contenu, Allez à la navigation

Maintien de l'office de développement de l'économie agricole des départements d'outre-mer

15e législature

Question écrite n° 12702 de Mme Victoire Jasmin (Guadeloupe - SOCR)

publiée dans le JO Sénat du 24/10/2019 - page 5345

Mme Victoire Jasmin attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur l'impérieuse nécessité de maintenir l'office de développement de l'économie agricole des départements d'outre-mer (ODEADOM).

En effet, il lui a été rapporté que l'ODEADOM ferait l'objet d'une éventuelle suppression, au profit d'une fusion-absorption avec l'établissement FranceAgrimer ou l'agence de service et de paiement (ASP).

Dans un contexte de « crise » pour les filières agricoles et plus particulièrement pour la filière canne qui ne cesse de voir décroître le foncier agricole, ainsi que le nombre de planteurs et le tonnage chaque année, il est primordial que nos territoires disposent d'un organisme qui puisse être le relais « au national » des spécificités et des problématiques vécues quotidiennement par les professionnels.

La filière de l'élevage rencontre aussi de fortes difficultés qui ont un impact direct sur la taille des cheptels. En Guadeloupe, en quinze ans, le cheptel bovin a diminué de moitié. Les éleveurs ne savent plus comment faire face aux contraintes (administratives, sanitaires, financières...) liées à leurs activités.

L'ODEADOM implanté sur le territoire depuis de nombreuses années est devenu un acteur incontournable en matière d'expertise et de mise en exergue des enjeux de nos territoires. C'est un interlocuteur privilégié pour les professionnels du secteur.

Elle lui demande de reconsidérer sa position sur la suppression de l'ODEADOM et de renforcer les prérogatives de cet organisme afin qu'il puisse être un acteur majeur de l'animation du territoire en matière de politique agricole et soit en pleine capacité d'opérer une déclinaison adaptée des orientations nationales tout en prenant en comptes les spécificités locales.



En attente de réponse du Ministère de l'agriculture et de l'alimentation.