Allez au contenu, Allez à la navigation

Fichages religieux dans des établissements privés sous contrat d'association avec l'État

15e législature

Question écrite n° 13288 de M. Pierre Laurent (Paris - CRCE)

publiée dans le JO Sénat du 28/11/2019 - page 5876

M. Pierre Laurent attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse sur de possibles fichages religieux dans nombre établissements privés sous contrat d'association avec l'État à Paris et ailleurs.
L'article L. 442-1 du code de l'éducation précise que « tous les enfants sans distinction d'origine, d'opinion ou de croyances » ont accès à l'enseignement privé « dans le respect total de la liberté de conscience ». Par ailleurs la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés dispose qu'« il est interdit de traiter des données à caractère personnel qui révèlent la prétendue origine raciale ou l'origine ethnique, les opinions politiques, les convictions religieuses ou philosophiques ou l'appartenance syndicale d'une personne physique ».
Or il apparaît que nombre d'établissements privés sous contrat demandent dans les dossiers de pré-inscription ou d'inscription des informations sur les appartenances et les pratiques religieuses des enfants qui souhaitent s'y inscrire, ainsi que, parfois, sur celles de leurs parents.
Au vu des articles de loi précités la finalité de ces demandes et la légalité du fichage des croyances religieuses des élèves au moment de leur inscription posent, pour le moins, question. La collecte de ces informations pourrait ainsi être à l'origine d'une sélection d'un certain nombre de dossiers sur un critère de croyance religieuse, ce qui constituerait alors une discrimination. Les informations religieuses étant une donnée sensible, la question se pose de savoir si ce fichage est pertinent et limité au but poursuivi par le fichier créé, au sens du règlement général sur la protection des données (RGPD).
Compte tenu de ces éléments graves il lui demande de diligenter une enquête pour avoir une appréciation globale de ce phénomène en vue de faire cesser d'éventuels agissements illégaux.



En attente de réponse du Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse.